Vidéo Raimiti

&nbrsp;

lundi 20 juin 2016, 9h38.
Ouverture du bureau. La météo a annoncé hier, de la bonne pluie pour commencer la semaine mais, l’oiseau n’a pas chanté. Résultat, il fait carrément beau !
Par contre, le vent glisse doucement vers le Nord, signe de dégradation.
Des départs et des arrivées sont au programme du jour.
Stan et Harrys finalisent le mélange qui devrait donner une bonne terre pour mes plantations. Savant mélange de sable, de terre assez pauvre du motu, plus 10 sacs de guano ramassés sur un motu manu, ainsi qu’1 sac de « caca » poules, et 5 sacs de terreau venus de la ville. Le faapu (jardin) ne sera pas bien grand mais, la terre devrait y être bonne. Je vais peut-être finir par arriver à faire pousser un peu de basilic, persil, menthe, coriandre, aneth, cannabis et autres plantes aromatiques !
Samedi soir, nouvelle frayeur causée par Marama. Il devait faire un aller-retour à Tetamanu, en fin de journée. Il devait être revenu pour 18h15 au plus tard : il n’est jamais revenu !
En fait son kau (la baleinière), est tombée en panne à quelques centaines de mètres de Raimiti, mais nous n’avons rien vu. Le vent le poussant en dérive au nord-ouest, il était bien trop occupé à essayer de ramer pour tenter de regagner le bord, pour juste « penser » à jeter l’ancre, ce qui lui aurait permis de rester sur place.
Bref, la nuit est tombée. Marama n’est pas arrivé et les inquiétudes sont nées.
Après quelques coups de téléphone, j’avais la certitude qu’il n’était jamais arrivé à Tetamanu. Le temps de préparer un kau, Harrys, les chiens et moi partions dans la nuit, direction Tetamanu, à la recherche du naufragé.
Belle nuit lumineuse de presque pleine lune, lagon un peu agité par un bon vent d’Est, visibilité excellente mais, malgré un aller-retour très attentif jusqu’à la passe : nous n’avons vu qu’un lagon vide de baleinière et de Marama.
De retour à Raimiti, nous avons commencé les préparatifs pour pouvoir lancer les recherches dès le petit matin, avec 2 kau.
Longue nuit d’attente à broyer du noir, à penser au pire, à imaginer des scénarios débiles, à espérer, à croiser les doigts pour qu’il n’ait pas eu l’idée débile d’essayer de regagner la cote à la nage. Bref, une très mauvaise nuit pour tous, à attendre le lever du jour.
Tout était prêt pour le départ, alors qu’il ne faisait pas encore tout à fait jour. Du bout du ponton, nous discutions des directions que nous allions prendre, lorsque Stan a cru apercevoir une tache blanche, complètement à l’opposé de là où nous allions partir. Un regard aux jumelles nous a confirmé que c’était bien la baleinière, et que Marama était dedans.
En moins de 30 minutes, le naufragé d’une nuit était récupéré, ainsi que le kau. Soulagement général pour tous, même si, j’ai fonctionné « au radar » tout le reste du dimanche, après une nuit blanche.
Explications : il est bien parti par la route habituelle pour aller à Tetamanu. Le kau s’est arrêté soudain et a refusé de redémarrer. Au lieu de jeter l’ancre, il a ramé croyant arriver ainsi à regagner la cote. Il a dérivé devant Raimiti à la nuit tombante, sans que nous ne le voyions passer. Ce n’est qu’après avoir dépassé Raimiti en allant vers la Lune, qu’il a compris qu’il n’y arriverait pas à la rame, car le vent et la dérive étaient trop forts. C’est seulement là qu’il a jeté l’ancre.
Dans la nuit, nous le cherchions à gauche de Raimiti, alors qu’il était complétement à droite. D’où l’échec total de nos recherches !
Quant au moteur, pas le moindre problème mécanique. A coup sûr, c’est une de ces bobines électronique ou autre du genre, qui a lâché sans crier gare comme cela arrive parfois.
Pourquoi n’a-t-il pas téléphoné vous demandez vous ? Merci d’avoir posé cette bonne question. C’est fort simple, il allait à Tetamanu, récupérer le téléphone qu’il avait oublié dans l’après-midi. Sans commentaire !
15H21 : cette fois c’est fait, mon « potager » est fini. Il ne fait que quelques mètres carré, mais je suis plein d’espoir.
Même la cuve de la machine à laver est maintenant recyclée en pot, ou devrait pousser des piments chinois, repiqués il y a moins de 10 minutes.
J’ai même mis un petit panneau « Tabu » pour les Bernard l’Hermite, crabes, lapins, poules et autres indésirables.
Plus tard, je rajouterai un autre panneau : Silence, ça pousse.
Heiarii vient d’appeler pour annoncer les deux heures de retard du vol Air Tahiti. C’est comme pendant la grève, sauf que là, ils disent être au travail. Nous, on a bien du mal à voir la différence entre les 2 !
L’installation d’internet par Mathieu est finie depuis hier. Le signal arrive bien jusqu’à Raimiti et, il est bon. Encore un petit peu de patience, le temps qu’il puisse paramétrer tout ça et, la ligne sera établie. Tout devrait être opérationnel d’ici quelques jours.
Fin de mon blabla de début de semaine, la suite……….au prochain épisode.
Jeudi 23 juin,
Les jours passent et ils n’arrivent toujours pas à nous connecter avec internet. C’est vraiment galère de devoir bosser ainsi.
Pas trop le choix pour moi, si pas d’amélioration d’ici ce soir, il va me falloir aller à Tetamanu, pour vider la boite d’envoi qui est bien remplie !
Le temps reste au beau. Les petits piments poussent, la menthe aussi.
jeudi 23 juin 2016, 17h44.
Réouverture de la Gazette juste pour annoncer avec beaucoup de plaisir que ça y est. Depuis moins de 15 minutes, notre internet qui ne passe plus par l’émetteur toujours en rade de Tetamanu, mais par les ondes via chez Sané, puis des antennes plantées sur le lagon, puis l’antenne d’une personne habitant pas loin du village………….nous relie…….. au reste de la planète.
De mon bureau, je viens de réussir à faire partir un bon paquet de mails, c’est vraiment trop bien.
Du coup, je vais de ce pas, déguster un cocktail bien mérité, à la santé de ceux qui ont œuvré pour avoir réussi cette « prouesse ».

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2017 Fakarava - pension RAIMITI. Alle Rechte vorbehalten.
Joomla! ist freie, unter der GNU/GPL-Lizenz veröffentlichte Software.