VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;
Départ de nos 2 Suisses ce matin. Nous sommes arrivés au village pile poil
avant la grosse pluie.

Teaki nous attendait au quai après avoir été participer à sa leçon de
catéchisme du samedi matin. Fidèle au poste, il était là pour aider à la
manœuvre d’accostage. Elvis était aussi du voyage, mais cette fois, sans
ticket retour. Des problèmes perso et familiaux, l’obligeraient à rester au
village. Peut être que cela est vrai mais peut être que cela est faux ! Les
gens d’ici ont beaucoup de mal à parler vrai. J’ai juste été un peu plus
déçu lorsque l’aidant à décharger ses bagages, j’ai vu qu’il avait embarqué
plusieurs de nos cintres « fait maison » qui servent à faire sécher les
combinaisons de plongées. Prendre ce qui appartient aux autres en cachette
fait aussi parti des coutumes locales et force est de constater qu’Elvis ne
déroge pas à la règle.

Petit stop chez Sophie pour récupérer quelques légumes. Elle était assez
contrariée car elle venait juste de finir de repeindre l’extérieur de son
local quand les premières grosses gouttes d’eau sont tombées. Vu la méga
flotte qui est tombée ensuite, elle devra surement faire quelques retouches.

Ne voulant pas repartir sous ce déluge, j’ai été en compagnie de Teaki chez
Cécile. Repas bien agréable au frais et au sec en regardant la pluie tomber.
Désolé pour les suivants, j’ai liquidé la dernière bouteille de « Mistral ».

Sur le chemin du retour, j’ai retrouvé le soleil à Otukaina où une petite
pause trempette m’a parue obligatoire.

A 15H, j’étais de retour à Raimiti pour croiser Patea, Varo et Francis qui
partaient faire une petite pêche au fusil harpon autour des patates de
corail alentour.

A 16H30, ils étaient de retour, le kau lourdement chargé avec la prise du
jour. Patea ayant fléché une très grosse carangue, il a dû lui donner le
coup de grâce avec son poignard mais, ce faisant, suite à un geste
incontrôlé, c’est son mollet qui a reçu la pointe du poignard. La
combinaison percée, le mollet l’est aussi et si le trou n’est pas bien gros,
il doit être assez profond. Après le passage des produits désinfectants et
un pansement compressif, tout cela devrait rentrer dans l’ordre, même si la
zone risque d’être douloureuse un moment.

Après avoir fait de nombreuses photos du monstre marin, Varo, un peu mal à
l’aise m’a dit qu’il y avait encore autre chose dans le kau. J’ai vite
compris qu’il y avait quelque chose de pas très net. Au fond du kau, sous un
sac de jute, la palme d’une superbe tortue dépassait……

C’est Varo qui l’a attrapée et sans avoir à la flécher. Un superbe animal
attrapé alors qu’il siestait tranquillement entre deux coraux. L’ami Varo a
bien essayé de m’expliquer que c’était de la très bonne viande, que pour eux
les Paumotu, c’était le repas des dieux. Que vendue au village, cela ferait
au moins 50000 CFP de gagné, que ce genre de prise était rare et blablabla.

Inutile pour moi de tenter de le convaincre avec nos arguments de «
civilisés », de lui parler de protection de la nature, de préservation de
cet animal, et de notre blablabla qu’il ne risque pas de comprendre.

Varo s’étant auto proclamé futur parrain d’Ava-Iti, il m’a été assez facile
de lui expliquer et de lui faire comprendre que sa « filleule » avait choisi
la tortue comme porte bonheur et que si « parrain » allait tuer et manger la
tortue, la petite « fillotte » serai très malheureuse. Il n’en fallait pas
plus pour qu’après la séance photo immortalisant le nouveau pacte
Varo-Tortue-Fillotte, l’animal puisse retrouver la liberté et l’élément
liquide. C’est Varo lui-même qui a remis la bête à l’eau et au moment ou
elle repartait à vive allure, il n’a pas pu s’empêcher de dire : « et voilà,
70000 CFP qui partent au lagon ». Et oui, entre le moment où il était
question de la bouffer et celui de la mise en liberté, sa valeur avait déjà
augmenté de 20000 CFP.

Quoi qu’il soit, je suis ravi que cela se termine ainsi d’autant plus que
j’étais un des rare à vouloir lui sauver la vie.

Fin de cette journée a Raimiti.

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2020 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public