Vidéo Raimiti

&nbrsp;

Lundi 20 févier, 14h29.
Quelques nouvelles du front où le soleil est revenu, le temps de faire sécher l’essentiel. Depuis plus d’une heure, c’est à nouveau la flotte qui tombe généreusement.
Par contre, le vent est vraiment tombé et que c’est bon qu’il soit momentanément sur « pose ».
Depuis hier, l’accès salon-ponton principal a été entièrement refait. Les alentours du restau et des communs totalement dégagés. La pirogue foudroyée, débarrassée de tout ce qui s’était écroulé et les flotteurs pleins d’eau, vidés.
Depuis ce matin, nous œuvrons sur les toitures des faré Tua. Deux sur cinq ont retrouvés l’étanchéité normale, attendue d’une toiture saine. Une autre partie de l’équipe s’est attaquée au démontage du ponton parti avec la houle. Nous avons pratiquement tout récupéré. Il n’y a plus qu’à tout défaire pour…..refaire. Sur que je vais devoir acheter du bois pour remplacer ce qui a été cassé. C’est déprimant !
J’ai dû vider tout mon bureau. Tout a été mouillé et salé, malgré les protections. De l’imprimante aux simples classeurs, j’ai du tout essuyer avant de remettre en place, et tester ce qui est électrique : pour le moment tout fonctionne, ouf !
Même Frégata a dû être assez stressée. Depuis hier sa consommation de 3 Koméné est passée à 5. Et encore, elle en aurait bien gobé un sixième, si je n’avais émis un stop assez ferme.
Quant à moi, je suis claqué comme si j’avais porté la planète sur mes épaules. Surement le contre coup du sale coup. Couché à 8 heures hier soir, j’ai fait le tour de la pendule d’un sommeil profond, pour me réveiller ce matin à 8h, presque aussi naze qu’au coucher d’hier soir. Du coup, je passe à un régime pamplemousse, citron et orange pour me booster un peu.
Aucun de nos kau n’a souffert du mauvais temps. Nous n’avons eu qu’à filtrer l’essence des nourrices ou bien sur, de l’eau de pluie avait réussi à s’infiltrer. Dès que possible et lorsque ma forme ira un peu mieux, je vais me faire prêter 2 ou 3 bouteilles de plongées par Sané, pour aller contrôler tous les mouillages. Avec les vents de folie que nous avons eus, il y a surement des lignes de mouillage qui ont dû souffrir !
Vivement ce soir que je me couche, c’est maintenant la seule chose que j’attends avec impatience…

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2017 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public