Vidéo Raimiti

&nbrsp;

mercredi 19 avril 2017, 12h11.
Le mauvais temps est passé sans emporter le sable de la plage. Ouf ! Voilà une bonne chose.
Depuis ce matin, retour du soleil et d’un lagon navigable. On a même pu éteindre le groupe électrogène, le solaire ayant repris du service.
Marama est allé « balade » à Tetamanu, avec une petite famille venue de Marseille. Ils devraient pouvoir faire un bon palmes-masque-tuba dans la passe. Au retour, il devrait y avoir 1 ou 2 bouteilles de plongée prêtées par Sané. Il faut que j’aille contrôler tous nos mouillages, qui ont été surement malmenés, par les précédents épisodes de mauvais temps.
Heiarii a repris du service ce matin, ce gars à un don pour tomber malade lorsque la météo l’est aussi, laissant aux autres le soin de faire son boulot.
Harrys refait une marche d’un faré Récif qui est cassée, alors que Teaki ratisse le « sable immaculé » de notre playa. Ensuite, il ira brosser les dernières vertèbres et côtes du cachalot qui trempent encore au fond du lagon. Ensuite, elles seront séchées et blanchies par le soleil et le sel, avant d’aller entamer une nouvelle vie décorative, dans le salon.
Jeudi 20 avril, rien de spécial si ce n’est que Frégata a gobé 4 gros Koméné, elle va devenir aussi grasse qu’une oie.
vendredi 21 avril 2017, 8h51.
Rien que du bleu partout avec un lagon bien calme, comme on aime. C’est le Camzaz qui va faire le transfert du jour. Cela va me laisser le temps d’aller « bricoler » sous la coque du Raimaru qui a besoin de soins. J’ai recruté Marama et Teaki pour cette tâche ingrate.
Sané m’a prêté une bouteille de plongée. Du coup j’ai pu aller contrôler nos 3 mouillages, un peu au large et en face de Raimiti. Il était vraiment temps de faire quelque chose surtout pour celui de la pirogue qui tenait par l’intervention du Saint Esprit (comme disait ma grand-mère).
Maintenant que les 3 mouillages sont refaits et doublés, la tempête peut venir.
Alors que je faisais mes nouvelles attaches par 20 mètres de fond dans une eau bien trouble, me laissant à peine un mètre de visibilité, j’ai été soudainement et violemment mordu à l’oreille gauche, puis immédiatement après, à la jambe droite. Bonjour la panique. Je suis vite remonté de quelques mètres dans des eaux plus claires, pour faire face à mon prédateur. Sachant les grosses bestioles qui trainent dans le coin, je m’attendais à voir un gros truc bien agressif. Finalement, sortant des eaux troubles, un gros « con » de rémora est vite revenu à l’attaque. Impossible de me dépêtrer de cette bestiole qui ne voulait pas se coller sur moi mais, voir si j’étais comestible.
Je suis reparti au fond, finir mon « taf », ou j’y ai subi de nouvelles attaques surprises bien qu’inutiles, mais où, j’ai bien sursauté à chaque fois. Comme quoi, on peut se faire bien peur, même avec quelque chose de totalement inoffensif.
18 heures, fin de journée, me voilà au sec en compagnie d’1 verre de rouge que je déguste en souriant, à la santé de mon attaquant du jour.

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2017 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public