Vidéo Raimiti

&nbrsp;

vendredi 26 mai 2017, 8h39.
Nous voilà « provisoirement » avec une cocoteraie toute belle et propre. Il aura fallu en faire des feux et de la fumée, pour arriver à tout éliminer.
Le parc à cochons qui commençait à être vraiment dégueu est lui aussi tout refait, tout propre. Pour arriver à y bosser correctement, il a fallu lâcher les 2 cochons dans la nature. Depuis, ils ont disparu dans la brousse mais, aucune inquiétude à avoir pour eux, d’ici quelques jours ils vont revenir, c’est certain. Impossible de les laisser en liberté, le mâle charge tout ce qui bouge, et la femelle est fan de mes plantes qu’elle prend plaisir à arracher.
La pièce qui permet de refaire fonctionner le groupe électrogène est bien arrivée par le Cobia. Un disjoncteur tout bête sur lequel il suffit de brancher 7 fils électrique. Sauf que, pour accéder à la dite pièce, c’est presque tout le groupe qu’il a fallu démonter. En l’absence de Junior et Harrys, il ne restait que des nuls pour tenter l’opération. C’est donc Teaki et myself qui se sont lancés dans ce voyage en terres électriques inconnues. Cela n’a pas été simple, ce fut assez long, nous avons été fort hésitant par moment, mais après toute une matinée, le nez dans les entrailles du groupe : il re-fonctionne aussi bien qu’avant. Je peux vous dire que l’ami Teaki est plutôt fier de ce résultat final, auquel on ne croyait pas vraiment.

Ce n’est qu’après avoir tout remonté et fait démarrer le groupe que nous avons compris (mais bien trop tard), qu’il y avait un autre moyen d’arriver au même résultat, mais 100 fois plus simple que celui que nous venions de faire. A retenir pour la prochaine fois !
Vu le beau travail réalisé dans la matinée, vu que tout était nickel dans la cocoteraie, vu le super beau temps et l’absence totale de vent, vu la demande insistante des jeunes : le Camzaz a été mis à l’eau pour une nouvelle séance de ski. Cette fois, c’est tout bon, Teaki, Marama et Stan ont réussi avec succès à tenir de belles distances, sur un seul ski. Avec un entrainement régulier, ils vont vite progresser et me dépasser.
Aujourd’hui, nous allons récupérer les roues et les ferrailles soudées au village, pour mettre en œuvre notre second portique à kau. Ainsi, entre 2 utilisations le Raimaru et le Camzaz pourront être au sec. Autre avantage et pas des moindres, plus besoin de flipper à tort ou à raison, en cas de mauvais temps, sur les mouillages ou le bon fonctionnement des pompes de cale.
Fin de l’épisode petits travaux et bricolages divers. A compter de ce soir, Raimiti commencera à se remplir de visiteurs, et affichera complet demain soir. Il en sera ainsi pour une dizaine de jours, avant la prochaine accalmie.
On constate que la saison « touristique » démarre. En moins de 48 heures, il y a déjà une dizaine de voiliers au mouillage d’Hirifa. Au moment où je rédige ces lignes, de la fenêtre de mon bureau, je vois passer la tache jaune moche mais bien pétante du Banana Split, bateau d’Antoine (le chanteur des années yéyé qui ne voulait pas aller se faire couper les cheveux). Il sera le onzième à mouiller au squat d’Hirifa les Bains.
Ce matin, chacun s’active à tout remettre en ordre au restau, salon, faré, ratissage de la plage et autres. Il faut que tout soit « Nikel chrome » pour les prochaines arrivées.
Fin de l’épisode de notre histoire sans fin.

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2017 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public