Vidéo Raimiti

&nbrsp;

dimanche 25 juin 2017, 8h46.
Je me doutais bien qu’un nouveau lot de surprises m’attendait, je n’ai pas été déçu.
Temps plus que pourri vendredi, ou le transfert des arrivées et départs a été pour le moins assez sport. Partis du village à 17h, ce n’est qu’à 20 heures que le Raimaru touchait le ponton de Raimiti. Une vraie galère que de rentrer de nuit avec un fort vent et une houle de face, sans le moindre mètre de visibilité. Mais bon, ça là fait, même si je suis rentré brisé.
A la première tasse de café de samedi matin, c’est Stan qui est venu m’annoncer qu’un congélateur ne fonctionnait plus. Ayant tous mes congélateurs bien remplis, il me fallait trouver une solution et vite. Heureusement mes voisins d’Hirifa, Laiza et Toria ont pu me dépanner d’un congélateur qui fonctionne assez bien, mais dont le défaut et de ne jamais s’arrêter, donc de bouffer trop de courant.
Après avoir réussi à brancher ce congélo et y mettre notre marchandise en « souffrance », Stan vient m’annoncer qu’un second congélateur semble ne plus fonctionner. Là, c’est la gifle que je n’attendais pas !
Quelques heures plus tard, c’est au tour du troisième congélateur de ne plus faire de froid. Cette fois c’est clair, inutile pour moi de continuer de contrôler les prises et les branchements, le problème est obligatoirement en amont, du côté de l’installation solaire ou de l’onduleur.
En attendant de trouver la panne, il faut sécuriser au plus vite la marchandise qui va passer de nos congélateurs dans des glacières, pour aller faire une promenade jusqu’à Tetamanu et finir au froid, dans le congélateur de Zaza.
Évidement tout cela se fait avec une météo crade et la pluie, ce qui complique un peu plus les choses.
Comme si tout cela ne suffisait pas, le moteur du 60 cv qui doit assurer le transfert du froid qui réchauffe à Tetamanu, voilà que ce dernier refuse de démarrer. Une heure plus tard, Harrys fini par trouver la panne, et l’évacuation alimentaire peut enfin se faire.
Fin de journée plus calme, point d’autres surprises, arrivée dans les temps des 10 nouveaux arrivants, soirée sympa au resto avec Marama et Teaki pour le service. Bref, presque surpris de pouvoir aller dormir sans qu’un nouveau truc ne me tombe dessus.
Ce matin, presque avant le lever du jour, j’étais face à mon installation solaire d’où part le 24 volts qui alimente les congélateurs. Après avoir bidouillé bien des câbles, j’ai fini par en trouver 2 totalement desserrés qui ne pouvaient plus faire le contact. Il n’en fallait pas plus que ces quelques tours de tournevis, pour que, comme par magie, le 24 revienne et que mes congélateurs fassent du froid.
Ouf, me voilà sacrement soulagé. D’ici ce soir, toute ma marchandise va pouvoir retrouver son nid glacé.
Si le vent s’est calmé, le ciel est plus que gris. Il flotte non-stop. Impossible d’envisager la moindre sortie ce matin. De Raimiti, la plage d’Hirifa est invisible, perdue dans la brume épaisse. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts en vue d’une accalmie dans l’après-midi.
Par contre, ce temps est idéal pour repiquer les piments et fixer les nouveaux rejets d’orchidées. Tâche dont s’occupent Marama et Teaki.
Rien de plus pour ce dimanche bien humide, où le groupe électrogène va tourner non-stop.

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2017 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public