Vidéo Raimiti

&nbrsp;

jeudi 24 août 2017, 8h33.
Cette fois, ça y est, le vent est vraiment revenu à la normale. Le lagon est praticable, les accostages sans danger et les traversées un peu moins montagnes russes. Il était vraiment temps que ça redevienne à la normale, je commençai à sérieusement fatiguer de ces « promenades » à la Rambo.
Toujours autant de mouvements entre ceux qui arrivent et ceux qui partent. Les choses vont se calmer d’ici quelques jours.
Si Marama est de plus en plus à l’aise dans le rôle de capitaine des transferts. Harrys et Teriitahi se débrouillent fort bien avec les sorties pirogue. Encore ce jour, ils vont aller jusqu’à Tetamanu, pour un palme, masque, tuba qui sera suivi d’un pique-nique barbecue à bord, et d’un retour pêche à la traine le long des bancs de Tu-iri.
Junior reprend la cuisine en main, le départ de Stan approche.
Elvina, dans le rôle de la fée du logis semble tout à fait à l’aise.
Bref, chacun assume et tout se passe bien.
Pour changer un peu de mes photos poissons, orchidées et autres de Raimiti, je fais suivre quelques photos de Maluha (ma fille pour ceux qui l’ignorent) prisent lors du dernier Heiva de Papeete. Ce concours de danse annuel, rassemble un maximum de groupes de danse de toute la Polynésie (incluant les danseuses, danseurs et musiciens). Le groupe dont Maluha fait partie a décroché la seconde place sur le podium. Ce qui est plus que bien et encourageant pour l’avenir. Je trouve certaines photos « sublimes ». A savoir aussi, que les costumes sont faits de matières végétales séchées et fraiches, minérales, parfois et même souvent savamment tressées…..bref, rien que du naturel ou le moindre plastique ou associé est formellement interdit. Rien à voir avec les grands shows Hawaïens qui sont bien souvent une débauche de costumes et fleurs synthétiques.
Pourvu que ce Heiva reste comme il est, et ne sombre pas dans le modernisme qui nous grignote un peu plus chaque jour.
Tout cela me fait penser à cette belle tradition d’ici, qui consiste à couronner l’arrivant d’une couronne de fleurs, et à son départ, d’une couronne de coquillages.
De nombreuses pensions de famille dans les iles, perpétuent ou tentent de perpétuer cette tradition, mais pas Raimiti.
Impossible sur un atoll corallien d’avoir des fleurs en suffisance pour réaliser une couronne par arrivant. De plus, lors de nos transferts en bateau, ces couronnes se cassent et les fleurs finissent soit au lagon, soit sur le plancher du bateau. Du plancher du bateau, elles glissent dans la cale et finissent par s’agglutiner, pourrir et boucher la pompe de cale. J’ai bien failli perdre un bateau pour cette raison.
Quant au collier de coquillages pour le départ, je suis carrément contre.
Fut un temps ou le nombre de visiteurs en Polynésie était moindre. Il n’y avait aucun problème pour avoir les coquillages nécessaires à l’élaboration de ces couronnes.
Les choses ont bien changé depuis. N’ayant plus depuis longtemps le nombre de coquillages nécessaire pour répondre à la demande de cette « tradition », les coquillages viennent de Taïwan, des Philippines et autres iles de cette région, où ils sont parfois récoltés à l’explosif, au cyanure et autres méthodes expéditives.
En aucun cas je ne peux m’associer d’une façon ou d’une autre à ce massacre.
Parfois des visiteurs arrivant d’un atoll perdu portent une magnifique couronne avec nos beaux coquillages des iles. Mais, dans 98% des arrivants débarquant de l’avion, il s’agit de ces moches couronnes de coquilles d’escargot venues de bien loin pour couronner de « mensonges » nos visiteurs. Je ne leur en parle jamais, et pourtant, ce n’est vraiment pas l’envie qui me manque.
Rien de plus pour ce jour.
A suivre…

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2017 Fakarava - pension RAIMITI. Todos los derechos reservados.
Joomla! es software libre, liberado bajo la GNU General Public License.