Vidéo Raimiti

&nbrsp;

Dimanche 3 septembre, 8h01.
Encore et toujours ce vent de Sud/Sud-Est qui balaye tout et rend le lagon bien « vénère ».
D’où des transferts pas forcement confortables pour les visiteurs et assez fatigants pour le capitaine.
Hier, j’avais 6 départs pour 12 arrivées, à faire sur un lagon pas cool du tout.
Si l’aller n’allait pas poser problème, je n’étais sûr de rien pour le retour avec le vent et les vagues, de face. Entre la charge sur le bateau, le poids des gens et les montagnes de valises et sacs qui les accompagnent généralement : j’ai préféré jouer la prudence.
Sané devait m’embarquer 6 arrivées, ce qui solutionnait le problème. 2 heures avant d’entamer le transfert, Sané m’annonce que ce n’est plus possible.
Plan B : finalement c’est le Raimaru qui part, suivi du R3 qui prendra les bagages mais aussi de Manihi, qui prendra à son bord 4 personnes. Voilà donc les 3 kau en route pour le village pour récupérer un total de 16 personnes (12 pour Raimiti et 4 pour Motu Aito) + les bagages.
Le miracle du vent qui se calme tout soudain n’a pas lieu, c’est donc un lagon bien agité qui nous attend.
L’avion fini par arriver avec ses 15 bonnes minutes de retard, les arrivants ne peuvent pas récupérer leurs bagages car le Team d’Air Tahiti refait d’abord, le plein de kérosène.
C’est au final avec 1 heure de retard que les visiteurs arrivent enfin sur le quai. Sauf que, au lieu des 3 voitures affrétées pour ce « mouvement migratoire », il n’arrive qu’une seule voiture avec un total de 8 personnes sur les 16 attendues.
30 minutes de plus à téléphoner à droite et à gauche, pour essayer de savoir, en vain, où sont nos visiteurs disparus.
Finalement, c’est l’escale Air Tahiti de Rangiroa qui m’annonce tout tranquillement que l’avion de Tikehau a eu un gros retard et que la connexion sur Fakarava n’a pu se faire. Du coup nos visiteurs sont bloqués à Rangiroa pour la nuit. Ils ne pourront rejoindre Fakarava que ce jour, après avoir effectué un Rangiroa, Papeete, Fakarava, soit une belle journée de vacances passée dans les aéroports et avions d’Air Tahiti. Quant à nous, nous sommes allés au village avec 3 bateaux pour rien. Un seul suffisait amplement.
Pour une fois que je n’avais pas de transfert ce jour. Maintenant, il y en a un pour mes 6 et les 2 de Manihi.
Nous avons cramés un total de 220 litres d’essence avec les 2 bateaux supplémentaire, juste pour rien, sauf le plaisir de se faire secouer sur le lagon.
Pas le moindre mot d’excuse d’Air Tahiti qui avait les moyens de nous prévenir « Avant ». C’est vraiment nul cette compagnie dont la suffisance n’a d’égale que leur incompétence. Aux prix des billets, ils pourraient faire un effort. Mes animaux sont mieux traités que leurs clients.
Finalement, nous sommes bien rentrés chez nous avec la nuit tombée.
Trop cool, on refait les pleins et je vais remettre ça, aujourd’hui.
A suivre…

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2017 Fakarava - pension RAIMITI. All Rights Reserved.
Joomla! is Free Software released under the GNU General Public License.