Vidéo Raimiti

&nbrsp;

mardi 9 janvier 2018, 17h44.
Premier jour depuis un bon moment où, je me sens si bien.
Pourtant, ça avait assez mal commencé avec un réveil à 4h45 pour démarrer un transfert à 5h30. Merci les nouveaux horaires d’A.Tahiti qui non seulement nous font revenir à des heures pas possibles le soir, mais si en plus ils ajoutent des horaires hyper matinaux, ça va être compliqué à gérer.
Bref, départ matinal la tête dans le cul et les yeux noyés dans une tasse de café.
Depuis hier, c’est Teriitahi (Marc) qui a commencé à piloter le Raimaru. Chance, le lagon est bien calme et le novice a l’air de bien comprendre. Affaire à suivre !
Junior, Marama et Harrys en ont profité pour descendre le Camzaz de son portique, le mettre à l’eau, le couler, le retourner et, le remettre à l’envers dans le portique. Opération réussie, j’ai pu dès cet après-midi commencer le ponçage de la coque.
Cela peut paraitre bizarre de faire couler un bateau pour vite le remettre au sec et continuer les travaux mais bon, on n’a pas trouvé d’autre système et puis, sans faire le fanfaron, question de couler les bateaux, nous avons une certaine expérience !
Il est fort possible que lorsque ces travaux de coques seront terminés, nous soyons à nouveau obligés de re-couler le kau pour le remettre dans le bon sens.
Plus que 4 visiteurs depuis ce matin et demain soir, il en restera Zéro. C’est surement pour ça que je me sens si bien, genre libéré-délivré comme la princesse pétasse de Disney.
Plus d’une semaine sans autres âmes sur ce motu, rien que nous. Pas de transfert, pas de restau, pas de petit déj, pas de « et qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui » ou, « et quel temps il fera demain »
Ça va être la valse des pinceaux, le tango des rouleaux, le pasodoble des meuleuses, le rock des marteaux, la valse des écrous et des boulons, la béguine des scies égoïnes, la street dance des perceuses. Un bon coup de propre, de frais, de remise à neuf, de nouveautés mais aussi, de plus d’horaires d’avion, de bouffe, de plongées et de sorties.
Waouuuuuu, ce moment arrive à point nommé. J’en ai vraiment besoin……… et les gars de l’équipe aussi. C’est comme si un vent invisible, plein d’une énergie nouvelle m’avait envahi. C’est trop bon !
Pour demain et ce dernier transfert, c’est Harrys qui va le faire accompagné de toute l’équipe je pense. Ils vont en profiter pour faire toutes leurs courses perso dans les rares magasins du village.
Je vais avoir Raimiti rien que pour moi, pendant quelques heures.
Sur cette note pleine d’optimisme, vu que le soleil se couche, je vais m’offrir un punch (antiscorbut) au bout du ponton.
A suivre…

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2018 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public