VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;

Jeudi 19 avril, 11h38.
Ils sont venus, ils sont tous là, je ne sais pas ce qu’il va arriver à la mama, mais moi, je commence à fatiguer.
L’équipe Enata est là au complet.
Le Cobia est bien passé hier pour livrer notre marchandise avec celle du club de plongée. Le transfert de leur groupe électrogène de 800 kg a été pour le moins fastidieuse et parfois périlleuse. Mais bon, depuis ce matin, la machine à fabriquer des watts a trouvé sa place définitive.
Yves l’électricien est arrivé hier, il n’a plus qu’à tout connecter, faire son armoire électrique, bidouiller certains trucs et je pense, que d’ici ce soir, nous allons entendre « ronronner » la nouvelle machine.
A partir de demain, ils pourront gonfler leurs bouteilles, indépendamment de nous.
Une autre partie de l’équipe est chez moi au fare Aito. Les cloisons commencent à se couvrir de niau tressés. C’est assez long à faire mais, tellement beau pour les yeux.
Depuis la nuit passée, la pluie est enfin au rendez-vous. Cuves et plantes respirent de bonheur. Si cette météo se maintient, que j’arrive à récupérer un peu de main d’œuvre, une séance nettoyage par le vide devrait rapidement avoir lieu au poulailler. Ce qui signifie qu’une bonne salade avec cœurs, foies, gésiers, œufs mollets et croutons devrait suivre. Peu importe ce qu’en pense les végans et autres mangeurs de graines, j’en salive d’avance.
Côté jardin, j’ai profité de cette abondance d’humidité pour planter 10 rejets d’ananas. Affaire à suivre, pas sur du tout qu’ils s’acclimatent a l’air du motu.
Une chose est sure, c’est que les orchidées et bromélias de Charles se portent de mieux en mieux. L’ananas étant de la famille des broméliacées, il n’est donc pas impossible que « ça le fasse » aussi.
15h, le même jour.
Retour du soleil donc, sursit provisoire pour les coqs et point de salade paysanne pour ce soir.
16h, revoilà la pluie mais là, c’est trop tard pour la tuerie. Je préfère laisser les jeunes fixer les niau de ma « cabane » de pêcheur. D’ici ce soir, toutes les cloisons devraient être habillées. Ensuite, il faudra poser les « kakatas » pour faire les encadrements. Il s’agit de la nervure centrale de la palme de cocotier, qui une fois séchée et dépouillée de ses feuilles, remplace les baguettes d’encadrement. Ma case, une fois finie devrait avoir un look, très « local » du Tahiti d’antan.
Fin de cette page de Gazette pour ce jour. A suivre d’ici pas longtemps.

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2018 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public