VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;
mardi 9 février 2010, le matin.

A la seconde tasse de café de ce matin, mon nouvel ami, que je ne quitte
plus affichait 1004 hPa, voilà une belle remontée depuis hier. Il n’a pas
plu de la nuit et, il y a presque du vrai soleil ce matin. C’est la
résurrection pour tous, sauf pour les canards et les cochonnes qui avaient
l’air de bien apprécier la gadoue.

Pat, a eu la bonne idée de changer de route et de quitter notre direction
pour partir sur le Sud-ouest. Nous sommes (en principe) hors de sa route et
franchement : OUF ! C’est moins cool pour les autres (îles Cook) mais il
faut savoir partager. Pas toujours tout pour les mêmes.

Nos visiteurs du moment ont passé la mâtiné à Irifa beach, 3 kilomètres de
plage déserte et de sable rien que pour eux, ils vont apprécier, j’en suis
sûr.

A midi, petit stop de nos amis T.Dive venus du Nord pour, après leurs
plongées à Tetamanu, faire une petite halte pique-nique chez nous.

Matinée paperasse pour moi et passation de mes activités à Junior. Même si
nous n’avons pas trop de visiteurs pendant mon absence, il va y avoir de
quoi s’occuper. Deux stagiaires s’imposent de plus en plus a l’entrée de la
boutique-bureau. L’aigrette « Handicapée » et Foufou y passent des heures et
tentent de faire barrage et filtrer les visiteurs indésirables que sont Rutu
et Castor.

Fin de journée.

Irifa beach, c’était trop bien ce matin, aussi, après le lunch, ils y sont
retournés passer le reste de l’après midi.

Junior et Varo, gonflés d’optimisme à bloc car ils y croient, sont au
remontage de notre ponton emporté par la houle.

Les T.Divers sont repartis au village sur un lagon assez calme, le vent
glissant de plus en plus vers l’Est.

Je suis pratiquement à jour de mes papiers, commandes et autres obligations
administratives. J’ai même commencé mon baluchon pour mon futur périple. Je
vais essayer de partir sans sac ni valise. C’est un exercice que je compte
tenter pour savoir si je suis capable d’appliquer ce que la vie m’apprend
ici. En général et jusqu’à ce jour, lorsque je voyage, je trimbale toutes
ces petites choses qui me semblent indispensables (comme beaucoup d’entre
nous) et souvent, au retour, je me fais la réflexion de constater que bien
des choses ont été d’aucune utilité. Cette fois ce sera différent, tout
devra entrer dans le sac à bagage autorisé en cabine. Ni plus, ni moins,
juste l’essentiel. Reste à savoir et décider de ce qui est essentiel !

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2020 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public