VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;

Journal de Bord

Dimanche 10 novembre, 9h29.
La voilà, elle est arrivée.
Cela faisait un bon moment que nous l’espérions et l’attendions.
Depuis hier soir, la première grosse pluie tropicale de l’année tombe non-stop, sans la moindre retenue.
Ce déluge annonce l’ouverture officielle de la saison chaude (et donc des pluies).
Ce matin, le motu est tout propre, dessalé.
Tout ce qui est vert semble avoir reçu un coup de peinture fraîche, tant cela éclate et brille.
Si la pluie ne tombe plus depuis le lever du jour, tout reste bien gris.
Le tonnerre gronde à l’horizon, et le souffle d’Éole vient du Nord.
L’épisode pluvieux n’est donc pas terminé et sûrement qu’avant ce soir, nous aurons droit à la deuxième couche.
Si nous n’avions pas de transfert village au programme du jour, ce mauvais temps serait une bénédiction.
Dimanche passé, nous avons eu la visite de Tumoana et sa petite famille (épouse et ses 2 enfants).
Tumoana étant le patron de la supérette et station d’essence qui est implantée au quai du village.
Que de complications alimentaires sont devenues simples…. depuis que ce magasin existe.
Depuis 2 ans que ce magasin est ouvert, c’est la première fois que Tumoana a fermé (samedi après-midi et tout dimanche) pour venir passer en famille, quelques heures de repos chez nous, loin du village.
Tumoana a bien sur profité de son passage au Sud, pour aller faire une pêche à la passe, accompagné d’Harrys.
Une énorme chasse les attendait pas loin à l’extérieur, et a peine 3 heures après leur départ, ils revenaient à Raimiti avec 16 thons rouge et une douzaine de gros paru.
Une vraie pêche miraculeuse, pour notre bonheur et celui des visiteurs.
Pour Raimiti, encore une bonne douzaine de jours ou les arrivées et les départs resteront aussi intenses.
Ensuite, commencera sérieusement la décrue touristique de 2019.
Pour nous, ce sera le signal de la reprise de nos travaux.
Entre les bateaux, les faré et les autres installations, il va encore y avoir de quoi faire pour redonner un bon coup de rafraîchissement, après une utilisation intense de plusieurs mois.
Plusieurs mois qui viennent de s’écouler, sans jamais avoir eu le temps nécessaire pour assurer l’état que je voudrais sans reproche de nos biens qui s’usent, mais aussi, parfois maltraités par des visiteurs.
Kayaks, paddles, palmes masques et tuba…………..je vous assure qu’il y a de ces choses qui morflent grave, vu la façon dont les gens les utilisent.
Aussi, lorsque la saison se termine et avant de penser à la suivante, un état des lieux plus ou moins général s’impose.
Nous arrivons à cette étape qui commencera par 2 ou 3 jours de repos d’affilé pour tous, dès que cela sera possible !
Presque midi, c’est toujours aussi gris partout mais, la pluie n’est pas revenue.
A suivre…

Samedi 26 octobre, 9h57.
Tempête de ciel bleu depuis plusieurs jours, le temps est parfait pour les visiteurs.
Eugène de Faité est passé nous livrer des perroquets et mérous. Saté du village a eu 5 mahi mahi. Nous sommes au top en stock et qualité de filets de poissons.
Il ne manque que les langoustes pour que ce soit vraiment parfait.
Encore une quinzaine de jours assez intenses, et nous allons pouvoir un petit peu lever le pied. Il restera pas mal de visiteurs sur le motu, mais aussi des « plages » de quelques jours, un peu moins chargées ou l’équipe pourra récupérer.

En janvier, comme l’année passée, Raimiti fermera ses portes pour tout un mois.
Cette année, c’est Harrys qui restera sur place dans le rôle de gardien du temple.
Je rentrerai en Europe, accompagné de Marama, le sauvage du motu qui viendra découvrir la mère patrie !
Maluha et les 2 petits (8 et 12 ans) seront aussi du voyage. Ils vont enfin aller à la rencontre de leur arrière-grand-mère.
Moi qui aime assez voyager les mains dans les poches, décider de la direction à prendre selon les envies du moment, ne surtout rien programmer à l’avance : pour cette fois, cela va être totalement différent.
Vu le nombre que nous sommes, soit 5 personnes, pas mal de choses doivent être un minimum organisées. Là où nous irons, le temps que nous y resterons, nos hébergements, la taille du véhicule que je vais louer, les résas à la montagne où 3 d’entre nous, découvriront la neige pour la première fois.

J’ai donc de quoi faire et occuper mon temps libre à « surfer » sur internet à la recherche de ceci ou cela.
Pas toujours facile à faire depuis mon tas de corail où ça connecte plus ou moins bien, mais bon, c’est presque le voyage qui commence avant l’heure.
Voilà qui change de mon quotidien et de mes éternelles courses Polynésiennes.

Ce voyage risque d’être pour le moins intéressant et instructif. Avec des jeunes et des moins jeunes qui ne savent pas ce qu’est le froid, les chaussettes et les chaussures fermées, les couches de vêtements nécessaires pour affronter l’hiver, l’absence de poisson cru qu’ils mangent presque au quotidien……………..ça risque de ne pas être triste !!
En attendant, Teriitahi et Marama sont sur le retour de Tetamanu avec la dizaine de visiteurs du moment.
Junior, Elvina et Leiwana oeuvrent en cuisine.
Emma est aux ménages.
Harrys prépare le bateau pour le prochain transfert de l’après-midi.
Et moi, je « glande » et pense aux vacances.
A suivre…

Mercredi 09 octobre, 15h55.
Après une bien longue pause, voilà que je me décide à rouvrir la Gazette couverte de toiles d’araignées et qui commençait à s’empoussiérer grave.
Quoi de neuf depuis le début de ce long silence ?
Beaucoup de mouvement, avec des arrivées et des départs au quotidien.
Un Raimiti toujours plus ou moins plein de visiteurs, et pour nous tous, des journées fort bien remplies.
Des transferts à gogo, des promenades lagon à organiser, du beau temps et aussi du moins beau.
Des visiteurs tout simplement « adorables » et d’autres, carrément « épouvantables ».
Une panne de groupe électrogène qui nous a bien compliqué le quotidien pendant quelques jours et nuits.
Le déménagement de Junior et Elvina dans leur nouveau domaine.
Une récolte "dingue" de 40 kilos de miel.
La perte de notre pirogue pour les sortie visiteurs. Une nuit de fort Maraamu, l’amarre a lâché et la pirogue est allée se « cracher » du côté de la lune.
Le passage assez « furtif » des baleines dans le lagon. Les allers et retour de ces mêmes baleines longeant avec nonchalance le coté récif.
Mais il y a eu aussi : Le départ assez improvisé, surprenant et presque dans l’urgence de Mathias et famille. La reprise à l’arrache du club Enata, par Michel et Nicolas. Il nous a fallu nous adapter à certains changements et même bouleversements que nous n’avions vraiment pas prévus.
Depuis hier, mauvais temps sur l'atoll. Vent assez fort, lagon énervé et pluies plus ou moins non-stop. Les cuves sont pleines et débordent. Les orchidées et autres plantes sont bien arrosées. Le motu et la végétation sont bien dessalés. La lentille phréatique re-alimentée d'une nouvelle bonne eau arrivée du ciel.
Voilà pour les dernières nouvelles de part chez nous.
Le mouvement intensif des arrivées et départs des visiteurs devrait se calmer à partir de Novembre.
A suivre…

Dimanche 13 octobre, 11h14.
Un fort vent de Sud-Est non-stop depuis 3 jours et puis, ce matin, au lever du soleil, plus rien. Pas le moindre souffle d'air, mais un ciel tout noir couvrant le fond d’écran de Tetamanu à Hirifa. Cet arrière-plan bien sombre, est parti vers le large en direction de "Faite", laissant a sa place, une grisaille généralisée.
Grisaille tellement uniforme et sans le moindre défaut, qu'un Raimiti parfait s'est formé à l'horizon disparu. Rai le ciel, et Miti la mer, étaient tout deux tellement ton sur ton que l'horizon pouvait être aussi bien là, qu'ailleurs ou nulle part. Ciel et mer ne formant qu'un.
Il y a moins de 30 minutes, le vent du Sud s'est levé rapidement, après quelques frissons.
Raimiti a soudain disparu et l'horizon a repris sa place. Le lagon qui s'était mis sur pause tache d'huile est repassé sur mode écumeux. Accompagné d'une bonne pluie, l'ambiance tropicale est devenue Bretonne en quelques minutes.
Pour une fois, cet après-midi, toute l'équipe pourra être de repos, puisqu'il n'y a pas de transfert village a notre programme. Je me régale à l'avance des quelques heures de farniente que je vais pouvoir passer chez moi.
Mercredi 16 octobre, 17H48.
Le bleu et le beau sont de retour même si, le souffle d’Eole vient du Nord.
Le Cobia est passé et nous a tout bien livré : carburant, bois, électroménager, plomberie, peinture, tissus, boissons diverses, réfrigéré, congelé, sec, divers…il y a de quoi tenir un siège !
Marama est sur la route du retour du village avec les nouveaux arrivants. Il arrivera à la nuit.
La suite sera pour une autre fois. A suivre..

Vendredi 9 août, 9h16.
Les jours, les semaines et même les mois, filent à une vitesse que je n’ai pas le temps de voir passer.
Juste le temps, et encore pas toujours pour accomplir l’indispensable et d’assurer le bon fonctionnement de Raimiti.
Bien que cela fut assez perturbant et inattendu, le club de plongée plus ou moins abandonné par Mathias, retrouve une nouvelle énergie avec les 2 moniteurs venus le remplacer. Il y a eu un petit moment de flottement mais de courte durée, il s’estompe un peu plus chaque jour.
Pas si simple de remplacer des personnes a responsabilité sur un claquement de doigts, surtout dans des coins perdus comme le nôtre.
Partis aussi, Manihi et Tila de Motu Aito. Manihi a trouvé des gens pour reprendre son affaire en gérance.
La santé de Tila ne lui permettait plus de vivre dans un coin aussi isolé et loin de tout centre médical.
Je suis vraiment content pour eux. Ils vont pouvoir souffler un peu et retrouver un rythme de vie plus calme et serein, qui ne sera plus dépendant des arrivées ou départs des visiteurs, pannes de bateau, retards chroniques d’ A. Tahiti, mauvais temps et bien d’autres qui finissent par être vraiment usant.
Heureusement pour moi que dans mon équipe, il y a pas mal de Mike Giver suffisamment formés et responsables pour que je n’ai plus a intervenir sans cesse et sur toutes les brèches. Il est évident que je ne pourrai plus y arriver sans ces personnes qui m’entourent.
La nouvelle maison de Junior est vraiment dans sa phase terminale. Il va pouvoir l’occuper d’ici peu.
Celle de Mathias et famille est finie a 95 %. C’est assez triste de voir une aussi grande maison familiale …………aussi pleine de vide.
Dès la fin de la haute saison, il va falloir que je m’occupe sérieusement du devenir de ce faré dont je n'ai pas la moindre idée de destination finale.
Dans la foulée, je récupère aussi mon faré double a Tua qui a besoin de quelques travaux de rafraîchissement. Celui-là pourra être idéal pour les visiteurs en famille d’au moins 4 personnes.
Mais là aussi, vu nos occupations et le travail du moment, il faudra attendre la fin de la saison migratoire des touristes pour commencer a y bosser et y apporter les modifications nécessaires.
Yves notre électricien est venu avec sa fille Camille, passer 1 semaine avec nous. Il a profité de ses vacances pour nous installer la nouvelle ligne d’éclairage extérieur, coté récif.
Il avait fait le coté lagon à Noël dernier, voilà maintenant le coté récif d’électrifié à son tour.

Même sans lampe torche, il est maintenant impossible de s’égarer de nuit sur le motu. C’est vraiment une sécurité de plus pour nos visiteurs, dont certains ont trop souvent la tête dans la lune !
La fin des vacances scolaires approche.
Elvina part ce jour pour ramener Heevai a Moorea pour la nouvelle rentrée.
Leiwana est aussi partie en ville pour la rentrée scolaire de sa fille.
Il va y avoir du « taf » en plus pour nous ,durant leur absence !
Pour ceux qui restent sur le motu : pas trop le temps de rêver sous les étoiles, pas vraiment le temps de profiter du temps…...C’est la tête baissée dans le guidon que nous traversons cette période de travail « intense » qui ne se calmera pas avant octobre.
A suivre, quand il y aura un nouveau moment de calme !

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2020 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public