VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;
Nouvelle journée de grand bleu et de grand beau sur Raimiti. Patea a fait le
transfert quotidien pour des départs et point d’arrivée.

La grève des inconscients de la ville serait plus ou moins finie, une chose
est sûre, c’est que l’aéroport est à nouveau ouvert et que le droit à la
libre circulation est momentanément retrouvé. Ca coince encore au dépôt
d’hydrocarbure et le Cobia n’ayant pu faire son plein de gasoil, son voyage
de la semaine aux Tuamotu est purement et simplement annulé. Il n’y aura pas
de vivres frais cette semaine à Fakarava et je vais tenter de me faire
envoyer le minimum par Air.Tahiti.

Antoine en a fini avec la pose des « niau » de la salle d’eau du premier
fare côté lagon. Il a aussi passé le produit anti-bébêtes et demain, si tout
va bien il ne restera que les vernis à faire qui seront suivi d’un bon gros
ménage avant de remettre le fare en service.

Francis reste pas mal occupé entre les 3 services quotidiens et les
promenades des visiteurs. Ce matin, ils étaient à la « Lune » et Francis en
est revenu avec une cargaison de coraux morts sur lesquels étaient incrustés
de jolis bénitiers. Petit à petit, je transplante ces nouveaux habitants
dans les patates de corail qui bordent le ponton et notre « papa » pour
agrandir notre famille aquatique. S’ils s’y plaisent, nous devrions avoir
des petits qui coloniseront le coin.

Au moment où j’écris ces lignes, Francis, aidé d’Antoine et sans oublier les
visiteurs restants, partent faire une partie de palangrotte. Je ne pense pas
que la pêche sera très bonne car les pêcheurs accompagnateurs sont vraiment
très novices en la matière mais avec cette nouvelle lune, tout reste
possible.

Maluha, Patea, bébé et les 2 chiens sont en route vers le « hoa » voisin
pour tenter de prendre des « Auma » (alevins de rougets barbets) qui, si
attrapés, vont nous servir de vif pour pêcher au lancer de notre ponton.
Depuis quelques jours, carangues, tarefa et raï viennent nous narguer et
nous comptons remettre un peu d’ordre dans ces tentatives d’intimidation.

Pour un tout petit moment, j’ai Raimiti pour moi tout seul…….Quel pied !
Dommage que ces crétins de grévistes se soient dégonflés et que les affaires
reprennent, je me verrai assez bien tout seul ici pendant un certain temps.
Incroyable mais vrai, voilà que j’ai un peu de temps devant moi et aucune «
urgence » en vue. Patea est allé au village pour 4 partants, les visiteurs
restants sont à Irifa beach pour l’après midi, Francis fait sa pause entre
les 2 services, Antoine termine la fixation des niau de la salle d’eau du
fare 1 lagon, Ava-Iti et sa maman sont à la sieste, Floflo est dans son
bureau à Tua où il doit pester avec internet qui fait des caprices depuis ce
matin et moi, je suis côté lagon où je profite de ce calme momentané mais
tant apprécié.

La météo reste au « superbe » avec un très faible vent venant de Tua, le
lagon est au plus calme et le ciel d’un bleu immaculé. Il y a vraiment
longtemps que nous n’avions pas eu une aussi longue série de beau temps.

Les nouvelles du côté des « civilisés » de Tahiti ne sont vraiment pas
géniales. Une énième grève des nantis paralyse à nouveau Tahiti et les îles.
Plus d’avions internationaux depuis 3 ou 4 jours donc….. Plus de visiteurs
qui débarquent. Déjà que l’économie est plus qu’à plat, que les caisses du
territoire sont vides, que l’ensemble de la population est dégoutée de nos
ânes-chacals politiques locaux, que notre représentant de l’état Français
serait bien plus utile en allant directement passer son temps dans un club
de vacances, que l’écart entre les pauvres et les riches ne cesse de se
creuser, que les riches, les gâtés, les fonctionnaires et les politiques
continuent de se « gaver » sur le dos des faibles……sans être prophète ou
médium, il est évident que cela ne va pas pouvoir continuer ainsi et que le
« petit peuple » va finir par « péter les plombs » et qu’à ce moment là, il
sera bien difficile de ramener le calme avec de belles paroles. Franchement
je m’attends au pire ! Le polynésien est un être calme, capable de prendre
sur lui bien plus qu’un européen et il est aussi très tolérant, mais
maintenant, les limites sont atteintes et à force de jouer avec le feu, il
va y avoir des brûlures. Triste constat que cet énorme gâchis contre lequel
nous ne pouvons rien faire d’autre que subir.

A Raimiti, même si très concernés par cette crise Polynésienne, nous sommes
assez loin de ce qui risque d’arriver aux « citadins ». Dans le pire des
cas, il y aura une fermeture momentanée de Raimiti au public et ainsi,
j’aurai beaucoup plus de temps pour aller à la pêche, découvrir des nouveaux
motu à l’Ouest où je n’ai jamais été, faire de la plongée juste pour mon
plaisir, faire des rondes de nuit pour occire les insectes qui broutent mes
plantations et aussi pour tenir mon journal à jour qui parlera du temps qui
passe et qui ne compte plus. Nous n’en sommes pas là mais cela pourrait
arriver assez vite et sans crier gare.

Que dire de la fin de soirée d’hier soir, allongé sur ma terrasse côté Tua.
Pas un seul nuage pour voiler le firmament. Une voute céleste allumée de
partout, avec une petite pluie de météorites presque en continu et parfois
un satellite passant ici et là. La voie lactée qui s’étend d’un bout à
l’autre de l’horizon en passant par le zénith est d’une intensité lumineuse
à couper le souffle. En ce moment, c’est Canopus qui est la plus brillante
lorsqu’on regarde à l’Ouest. La croix du Sud est somptueuse et vraiment plus
que facilement repérable. Non loin d’elle, facile de voir la nébuleuse Eta
Carina tout comme Alpha et Bêta du Centaure. Je ne vous imposerai pas la
liste des constellations visibles et repérables tant il y a du beau monde la
haut, mais je vous affirme que le spectacle vaut la peine.

Fin de journée et même de soirée, le temps de faire le petit rapport du jour
et direction le dodo.

Aujourd’hui, après une bonne nuit de sommeil non interrompue, tout va bien
mieux. Nos visiteurs du moment sont tous plus que sympa et bosser pour des
gens comme ça…………..j’adore !

2 nouveaux arrivés ce jour qui débarquent du Danemark et qui ont l’air un
peu perdu. Il faut avouer que la traversée du lagon de nuit peut être assez
impressionnante pour qui ne la jamais fait.

La météo est vraiment superbe, le temps ensoleillé n’est plus trop chaud
même si le vent brille par son absence. Le coté Tua est toujours aussi calme
et j’ai même réussi l’exploit de trouver le temps d’aller y faire un plouf
avec Rutu et Castor.

Ce matin, nos visiteurs ont eux aussi été faire une trempette coté Tua,
accompagnés de Patea et Francis. Certains ont eu la chance d’y voir un
requin marteau qui faisait ses bons 4 mètres de long mais la grande majorité
n’a rien vu, trop occupée à regarder dans la mauvaise direction.

La nouvelle lune est là et si cette belle météo se maintient ; dés demain
soir, une pêche de nuit risque d’être au programme. Malgré les sorties
pêches au fusil harpon de Patea, le stock diminue à vue d’œil et il faut que
je refasse des terrines qui sont toujours assez bien appréciées.

Teaki devait être des notre ce weekend mais le petit est malade, il a des
boutons partout et, il a même du mal à marcher. J’espère qu’il n’a pas été
touché par la petite épidémie de staphylocoques qui fait des dégâts en ce
moment car il y a pas mal de gens qui en récoltent bien malgré eux (au
village). Pour le moment, ils ne sont pas arrivés jusque chez nous.

Cette nuit est absolument superbe et je vais de ce pas vers mon fare voir le
film du soir qui passe en boucle. Il y a juste à s’allonger sur la terrasse
et regarder vers le ciel…
La petite vie de Raimiti continue avec ses hauts et ses bas. Si les
problèmes dus au personnel se règlent petit à petit, maintenant c’est au
tour d’un de nos visiteurs de semer la pagaille dans l’équilibre bien
fragile de Raimiti. Un de nos hôtes du moment n’a rien trouvé de mieux que
de faire boire, bien plus qu’il ne faut, nos 2 gars du personnel. Le reste
du personnel n’a pu fermer l’œil jusqu'à 3H du matin ! Le fare de Maluha
étant dans l’axe des cris, des rires et de la musique des « fêtards »,
impossible de consoler Ava-Iti qui elle, n’était pas à la fête. Nous avons
eu vraiment droit au contraire complet de ce qu’habituellement, les gens
viennent chercher lorsqu’ils choisissent un endroit comme le nôtre. Cerise
sur le gâteau, ce matin la joyeuse équipe de travailleurs faisait la grasse
matinée ou cuvait et il n’y avait personne pour le petit déjeuner et le
travail quotidien. Antoine a émergé péniblement vers 8 heures et Francis un
peu plus tard. C’est vers 10H que celui que nous pouvons remercier pour
cette belle nuit(le client) est venu réclamer son café comme si de rien
n’était !

Matinée foutue pour tous, sans capitaine pour faire la sortie du jour, un
semblant de travail lamentable accompli par mes 2 gars qui ont marché et
bossé au radar pour le restant de la journée et un service en salle des plus
nuls ce soir. Heureusement que le responsable de tout cela part demain car
j’aurai été obligé de lui demander d’écourter son séjour. Encore un qui
s’est planté d’adresse et qui aurait mieux fait de rester sur Tahiti à
écumer les bars de nuits.

Aidé de Maluha et Patea nous avons réussis à palier aux manquements des
absents et notre équipe de clients « normaux » n’y a pas vu grand-chose.
Intérieurement, je suis très en colère que des gens qui doivent rester dans
le rôle du client puissent à ce point déborder de leur place, qu’ils n’aient
pas le minimum d’éducation, de respect des autres et qui pensent aussi
stupidement que pour être « potes » avec les Polynésiens, il faille les
saouler.

Bien, j’ai laissé couler par ces quelques lignes une partie de ma rogne mais
je ne pouvais passer ce regrettable épisode sous silence. Autant je suis
d’accord pour que l’on fasse la fête mais il faut aussi assumer ses actes et
là, on est loin du compte. Bien que : les yeux surement pas très en face des
trous, notre visiteur, en rentrant chez lui, s’est payé un bon corail avec
le pouce d’un de ses pieds. C’est aussi vrai que son pouce n’avait pas une
très belle « tronche » ce matin, c’est aussi vrai que Docteur Eric n’avait
aucune compassion à ce moment là et qu’une petite voix venant du coté obscur
de la force est venue me dire : « pourvu que ça s’infecte ! ». Pas
totalement inhumain, je lui ai donné un citron pour se désinfecter.

Depuis, notre helvète de la Croix Rouge, toujours aussi neutre et
bienveillant est passé distribuer pommade et désinfectant un peu moins
agressifs.

A demain pour la suite, avec, je le souhaite un autre sujet plus sympa pour
la gazette de Raimiti.
Les enfants sont bien arrivés hier et commencent à retrouver leurs marques.
Ava-Iti est vraiment très occupée : entre les lapins, la basse cour, Foufou,
les cochonnes et les chiens…..elle ne sait plus trop qui il faut suivre pour
arriver à attraper une de ces bestioles.

Le temps, toujours aussi capricieux avec un vent du Nord assez soutenu qui a
l’air de vouloir revenir au stable en cette fin de journée. La nuit passée a
été bien arrosée et assez venteuse.

Le coté Tua est très calme depuis 2 jours et, aller y faire un plouf, serait
des plus facile mais je n’en ai pas eu le temps. Un arc en ciel d’une
intensité rare et aux couleurs presque « pétantes » a fait le spectacle de
l’après midi. Il partait du fare Yoclo pour aller se perdre à l’horizon sur
l’océan, un troupeau de dauphins suivait le récif sous cet arc ciel, il ne
manquait que la musique du Grand Bleu !

Matinée assez occupée avec ce satané groupe électrogène dont les symptômes
de faiblesse allaient de mal en pis depuis plusieurs jours. Hier soir a été
le pire avec des coupures intempestives et de plus en plus de mal pour le
remettre en route. Ce matin, j’ai dû me résoudre à téléphoner au fournisseur
pour tenter d’en savoir plus. J’avais bien prévenu mon correspondant que je
n’étais ni mécanicien, ni diéséliste et que j’attendais des explications ou
des questions qui me soient compréhensibles. Evidement, cela ne pouvait pas
louper, je suis tombé sur l’unique docteur es-sciences en groupe électrogène
de Polynésie dont je n’ai absolument rien compris au propos mis à part les
formules de politesse du début et de fin de conversation. Quelque peu
dépité, j’écoutais poliment mon bonhomme qui de toute façon ne m’a jamais
laissé le temps d’en placer une, tout en faisant face au groupe et en
essayant une fois de plus de voir quelque chose d’anormal. A force de
tripoter les tuyaux, les durites et autres bizarreries de cet engin, une
durite pas plus grosse que mon pouce m’est restée dans la main. En fait,
elle aurait dû être fixée à un autre truc, le tout bien retenu par un
collier de serrage. Tout en écoutant mon savant d’une oreille, j’ai remis en
place ce qui me semblait devoir l’être, j’ai bien fixé le tout et retenté de
mettre en route le gros bébé.

Depuis 10H30 ce matin, il marche d’enfers sans avoir eu le moindre
soubresaut ni le moindre calage. Ouf ! Car j’étais vraiment mal barré avec
le professeur.

Raimiti se rempli doucement, 2 Italiens sont arrivés ce jour pour se joindre
aux Suisses arrivés hier et à notre Français présent depuis quelques jours.
Des arrivées sont prévues tout au long de la semaine et je suis ravi d’avoir
Patea pour les transferts au village et Maluha pour m’aider au reste.

Des nouvelles de Nathan, le Canadien connu par et grâce à internet : il
débarquera à Tahiti le 25 juin et il rejoindra notre équipe dès le 26 ! Si
ce gars se plaît chez nous et s’il est capable de faire la moitié de ce
qu’il annonce, je serai le plus heureux des….gens heureux. Quoi qu’il en
soit, il a l’air très motivé. Mais, je ne m’emballe plus trop car la Miss
Tiaré connue par téléphone avait elle aussi l’air très motivée.

Voilà pour les news du jour de notre coin de corail.

Hier, je n’avais pas trop le cœur à ouvrir le journal, il n’y avait pas que
le ciel qui était au gris. Junior est bien parti sur Moorea, il a fait sa
dernière traversée du lagon aux commandes du Camzaz.

Retour à Raimiti avec une seule arrivée (un français de Tahiti). Mes petits
italiens sont eux aussi reparti chez eux, ils seraient bien restés plus
longtemps et j’aurais eu grand plaisir à les garder mais tout ce petit monde
avait des impératifs…. Ce sera peut être pour une prochaine fois.

Depuis le départ de Junior, le vent est passé au Nord, le baromètre affiche
péniblement 1008 hPa, le ciel est entre le gris et l’encre mais pour le
moment le groupe électrogène tourne rond et il ne pleut pas.

Notre Miss Tiaré est repartie définitivement ce jour vers de nouveaux
horizons et d’autres aventures. L’expérience Raimiti qu’elle trouve positive
est trop difficile pour elle. Je ne peux pas lui en vouloir car je suis très
conscient que cette vie ne peut pas convenir à tous.

Vivre au quotidien à la porte du Paradis n’est pas simple et demande
beaucoup d’équilibre, d’organisation, d’autosuffisance, de maitrise et
d’énergie et ce tout, doit être sans cesse renouvelable.

Me revoilà parti à la recherche d’un ou d’une « cuistot » !!!! Si quelqu’un
a ce « trésor » dans son stock, merci de penser à moi.

J’ai eu le temps hier de passer par chez Hinano pour refaire le plein de
nouveaux trésors pour ma réserve de pirate mise à mal par mes derniers
visiteurs. Beaucoup de nouvelles perles et des pièces très originales qui
risquent de partir assez rapidement. En attendant, ma cale aux trésors est
pleine de ces joyaux et juste pour mon plaisir des yeux.

Zaza a été ramasser 200 palmes de cocotiers qu’elle va tresser. Les toitures
des salles d’eau coté lagon sont déjà cuites et recuites par le soleil et le
sel. L’étanchéité des toitures commence à laisser à désirer et surtout, il y
a plein de poussière qui tombe un peu partout. Voilà qui est assez
démoralisant lorsque nous jouons aux femmes de ménage. Je pense que d’ici la
semaine prochaine, l’épisode tressage des « niau » sera terminé.

Demain commence une nouvelle semaine avec d’autres surprises puisque Maluha,
Patea et Ava-Iti débarquent pour ……. Je ne sais pas combien de temps !

En attendant, je file dans ma cuisine préparer le dîner de notre seul et
unique visiteur du moment.
Peut-être enfin un moment de calme pour ouvrir la gazette.

Temps assez mitigé avec du soleil et des averses. Un assez fort vent d’Est
donne au côté Tua quelques ressemblances avec la Bretagne un jour de
tempête. Coté lagon, c’est plus calme à condition de ne pas trop s’éloigner
de la côte. Junior a dû faire un transfert pour 2 partants et il a été
obligé de « serrer » le « papa » pour éviter que cela ne mouille de trop.

Le kau de T.Dive a le câble de commandes cassé, cet après midi, j’ai dû leur
laisser le R3 pour qu’ils puissent assurer leurs plongées. Heureusement que
le Camzaz a pu reprendre du service sans nous imposer la moindre mauvaise
surprise.

Notre Miss Tiaré est de repos jusqu'à mercredi matin, elle est allée chez «
Motu Aito » car Tila, est une cousine à elle. Elle va pouvoir se rattraper
dans ses bavardages intempestifs et blablater tant qu’elle voudra. J’avoue
qu’elle m’épuise car elle parle vraiment trop et n’écoute pas vraiment les
directives. Aussi, je suis vraiment obligé de trop me répéter. Peut-être
qu’après ce repos, elle reviendra plus fraîche, plus à l’écoute et avec un
peu moins envie de faire la speakerine en chef de radio cocotier.

Plus que 4 visiteurs pour ce soir et demain, cela ne devrait pas être
difficile d’arriver à les contenter tout en ayant le temps, de trouver un
peu de temps pour nous.

Dernière semaine et ligne droite pour Junior qui partira dés samedi à
Moorea. Maluha, Patea et bébé arriveront le lundi 7 juin pour m’aider au cas
où, car même, si je n’ai pas trop de visiteurs pendant cette période, je ne
peux pas courir le risque de m’en sortir seul avec mon équipe où il y a
vraiment des « maillons faibles » que je ne pourrai peut-être pas garder.

Au moment où j’écris ces lignes, un superbe coucher de soleil est en
préparation et franchement, cela vaut le coup d’œil.

Quelques photos des bébés lapins et de Foufou prisent ce jour sont parties à
votre intention, je pense que d’ici une quinzaine de jours, je pourrai
lâcher les « lapinos » avec leurs autres cousins et cousines.

17H30, le soleil est de l’autre côté de l’horizon, son coucher très
prometteur est assez décevant. Il va être temps pour moi de passer à la
cuisine et de commencer le repas du soir.

Vendredi 4 juin, le matin.

La météo est repassée depuis hier soir aux averses entrecoupées de belles
plages de ciel bleu, le jardin est sur arrosage automatique, les cuves sont
pleines et le gazon reprend vie.

Depuis hier, Barakette et ses petits ont droit à la plus grande liberté car
j’ai enlevé le filet de protection. Les petits, pas vraiment intimidés
inspectent à fond les lieux avec déjà une préférence pour squatter sous le
divan de notre ex-cuisine. Rutu et Castor les surveillent d’un sale œil, se
demandant si oui ou non, il est autorisé de les croquer.

Notre miss Tiaré est revenue très fatiguée de son petit séjour à Tetamanu,
la reprise est assez difficile. J’attends encore un peu avant de « trancher
».

Nos visiteurs du moment sont tous vraiment super gentils. Hier, pique nique
à Tetamanu aux sables roses, sous la responsabilité de T.Dive. Nous avons
bien pensé à un petit couple de Français parti la veille et qui n’a pas pu
faire cette sortie. Ils auraient adoré. Le kau de T.Dive en panne et réparé
depuis est la raison de cette sortie décalée.

Dernière journée pour l’ami Junior qui se sent tout aussi « pas bien » que
moi. Ses bagages sont plus ou moins bouclés et le gros de ses affaires
attendra le passage du prochain Cobia.

Le groupe électrogène qui marchait « Nikel » jusqu'à maintenant doit lui
aussi sentir le départ de son mécano préféré et voilà que sans aucune
raison, il se met à toussoter et même à caler. Junior va devoir aller lui
parler gentiment et lui expliquer pourquoi qu’il s’en va et que ça serait
assez cool qu’il continue à bien fonctionner avec son nouveau papa.

La nuit passée, après notre service du soir, Francis et Antoine sont allés «
balade » à Tua et ils en sont revenus au petit matin avec une belle
cueillette de langoustes. Ce soir, inutile de trop se casser la tête pour
savoir de quoi sera composé le dîner de nos visiteurs ainsi que notre
dernier repas de « Sainte scène » avec Junior à la place de J.C.

Voilà pour les dernières news de notre motu.

Florian m’a fait remarquer que parfois mon journal n’était peut être pas
assez « positif » et que cela pourrait refroidir ou effrayer le futur
visiteur qui pense que tout tourne et doit tourner parfaitement rond à la
porte du paradis. Ce journal est, et restera le reflet de notre réalité. Sa
raison d’être est de faire partager à ceux que ça intéresse, notre vie du
motu avec ses bons, mais aussi, ses moments difficiles. La vie est ainsi
faite, je crois que là où nous sommes, nous avons la grande chance de
pouvoir vivre des choses « fortes ». C’est vrai que parfois, les moments
sont durs, que je suis assailli par les doutes, que certains visiteurs avec
leurs attentes impossibles à réaliser auraient mieux fait d’aller en
enquiquiner ( j’aurai préféré écrire un autre mot, mais Florian ne va pas
aimer) d’autres dans un grand hôtel sur pilotis de Bora Bora et surtout pas
chez nous, que la météo nous rappelle à chaque instant que c’est elle qui
décide, que l’organisation de l’intendance sur place est un vrai casse tête,
qu’il est plus que difficile de trouver du personnel qui soit capable et
surtout qui puisse vivre sereinement sur du long terme sur notre tas de
corail.

Mais il y a aussi tout le reste qui fait que notre vie ici est une vie
privilégiée et hors normes, loin du monde « civilisé », au milieu d’une
nature qui continue de m’époustoufler chaque jour. Un mini monde où je tente
de faire un petit nid, le plus humblement possible et de le faire partager
aux autres. Pour celui qui sait ouvrir les yeux et « décarapacer » son cœur,
les trésors ne manquent pas.

Voilà quelques raisons de ce journal qui n’a vraiment aucun but commercial,
aussi, je continuerai sur ma lancée, quitte à parfois relater des choses,
des faits, des moments, des ressentis, des attitudes de gens et des émotions
qui dérangent,……quitte à faire changer d’avis le visiteur potentiel sur la
destination retenue.

Tout ce qui fait que notre vie ici vaille la peine d’être consignée et
surtout sans auto censure sur ce journal de bord continuera de l’être.
Journal de plus en plus décousu et irrégulier mais impossible de faire
mieux. Nous sommes dans la dernière ligne droite avant le départ de Junior
qui se profile pour le 2 juin.

Tiaré commence à s’habituer à nos méthodes de travail et s’adapte petit à
petit à notre vie très active du motu.

Pas moins d’une vingtaine de visiteurs ces derniers jours et franchement
nous n’avons pas eu le temps de trop souffler. Arriver à faire des repas
variés, équilibrés et non répétitifs avec nos moyens du bord, il faut faire
preuve d’imagination et de créativité.

La météo est passée à un temps mitigé partagé entre soleil et pluie avec des
averses tout aussi inattendues que brutales. Le vent, lui aussi fait un peu
n’importe quoi. Rien n’est vraiment simple !

Les plongeurs de T.Dive sont là depuis quelques jours, puisqu’une partie de
nos visiteurs plongent. Difficile pour le moment de faire coïncider les
heures des repas et surtout, celui du midi avec le retour des plongées.
Résultat, pas mal de boulot en plus pour nous et une organisation à revoir
et corriger. Il en faut tellement peu pour déstabiliser notre fragile
organisation.

Si, avec les quelques visiteurs du moment, nous retrouvons, hélas quelques
personnes qui resteront insensibles à ce que Raimiti et ses hôtes peuvent
proposer, la grande majorité apprécie réellement. Quatre départs ce matin de
visiteurs vraiment adorables. Si parfois, certains départs nous « tardent »,
il en est d’autres qui nous laissent un petit pincement dans le cœur. Ainsi
va la vie sur notre motu avec ses hauts et ses bas.

Autre cas assez exceptionnel d’un couple arrivé hier pour 5 nuits et reparti
ce matin. La dame : allergique à nos 2 chiens, allergique au lagon trop prêt
du fare, indisposée par le bruit du vent dans les cocotiers, et faisant
tellement la « gueule » qu’elle n’a pas voulu diner hier soir, privant ainsi
son époux du repas. Le « pauvre » mari est venu m’expliquer et boire une
bière (en douce) qu’ils étaient en voyage de noces et qu’il était
sincèrement désolé de l’attitude de sa moitié. Dans la conversation, il m’a
demandé si j’avais une femme. Je lui ai expliqué que j’avais tenté
l’expérience une dizaine d’années, mais, que j’avais lamentablement échoué.
Sur le ton de la confidence, il m’a répondu : « je ne pense pas que je
tiendrais 10 ans ! » Affaire à ne pas suivre.

Hier soir, nuit superbe avec une pleine lune dans tous ses états. Les nuages
filants d’Est au Nord faisaient une course de folie sur la toile et
provoquaient des jeux d’ombres et de lumières tant sur l’océan, le récif que
dans la cocoteraie. Un spectacle de rêve pour qui sait ouvrir les yeux !
J’avais beau être crevé de ma journée, j’ai eu du mal à quitter le « show »
offert sur ma terrasse.

Ce soir, j’arrive à passer un peu de temps devant l’ordi car l’ami Junior a
pris ma place dans la cuisine avec Tiaré : que c’est bon de souffler un peu
et si vous saviez à quel point j’apprécie. C’est Francis qui est de service
au restaurant et comme il ne reste que 14 hôtes en charge, je…………délègue !

Pour nous ce soir : entrecôte et gratin Dauphinois, j’en salive à l’ avance.
FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2020 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public