VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;
Du soleil non stop depuis ce matin et presque pas de vent : il fait vraiment
chaud sur le motu !

Après le petit déjeuner, nos visiteurs du soleil levant sont allés découvrir
Irifa et après le lunch, ils sont allés plonger à Tetamanu. Notre motu est
donc très calme, aussi nous en avons profité pour faire un peu de bruit.
Quelques grosses branches de kahaia à tronçonner, changer les roulettes
(made in China) des baies vitrées des fare coté récif qui étaient toutes
rouillées, poncer par ci, découper du bois à la scie circulaire par là pour
faire des box de rangements pour les classeurs de Florian, abattre quelques
arbres morts et pour clore, faire tourner le suppresseur un long moment car
c’était aussi le vidage, nettoyage et remplissage de la mare aux canards.

En cette fin de journée, il n’y a pratiquement pas un souffle d’air et la
soirée s’annonce chaude.

Florian a déserté le coté lagon pour le coté Tua où il y a à peine un peu
plus d’air.

Soirée thon pour nos visiteurs : carpaccio de thon puis steak de thon sauce
Maluha. Pour le dessert, papaye au lait de coco. Rien de bien original mais
cela est vite fait et c’est bon.

Rien à ajouter pour ce dimanche assez calme.
vendredi 4 décembre 2009, 21H15.

Service du soir terminé, notre dîner est pris, la vaisselle est faite, tout
est OK pour recommencer demain.

Réveil au petit matin avec un beau ciel bleu et un soleil tout neuf.
Finalement, il n’y a pas eu vraiment de dégâts avec notre mini tempête et
après un bon nettoyage matinal des lieux, rien ne pouvait laisser penser
qu’hier soir, il en était tout autrement.

Irifa beach était au programme de nos visiteurs pour démarrer la journée. Le
moniteur Guillaume de TopDive est arrivé en fin de matinée et après le
lunch, ils sont tous repartis en direction de Tetamanu pour une après midi
plongée.

De mon coté, en compagnie de Varo et de mes Américains partants, nous sommes
allés au village. Teaki était fidèle au rendez vous non donné, à notre
arrivée au quai.

Une fois nos visiteurs entre les mains de Jacques, nous sommes allés d’un
coup de limousine faire nos courses : Patrick le mécanicien qui a du mal à
faire repartir notre « libellule », sûrement la bobine d’allumage qui serait
naze. Puis visite a Teretia pour récupérer une glacière de thon rouge et
ensuite aller chez Jacques prendre nos 20 cartons de courses diverses
laissés la veille par le Cobia.

C’est avec un R3 bien chargé que nous sommes rentrés sur Raimiti. Sur le
chemin du retour, j’ai laissé les commandes du kau à Varo. Son sourire qui
allait d’une oreille à l’autre ne m’a laissé aucun doute sur le très grand
plaisir qu’il éprouvait. Il a ramené le navire a bon port et il n’était pas
peu fier de procéder a l’accostage sous les yeux de Francis et Yves plus
qu’étonnés de voir ce nouveau capitaine.

Samedi 5 décembre 2009, 21H.

Nouvelle journée de grand bleu. Pour midi, j’avais un aller-retour au
village au programme. Temps vraiment superbe, des couleurs à couper le
souffle et un lagon d’une limpidité incroyable (sûrement une des
conséquences de notre mini tempête). Sur pratiquement tout le trajet, je
pouvais voir le fond dépassant assez souvent les 20 mètres.

A peine accosté au quai où pour une fois Teaki était absent, une raie manta
est venue se promener le long du quai. La tentation était bien trop forte
pour Castor et Rutu qui se sont rapidement retrouvés barbotant à côté de la
raie pas effrayée pour autant. Mes visiteurs sur le point de partir avec
Jacques n’en revenaient pas !

J’ai laissé les chiens « tremper » un bon moment, car la raie ne voulait pas
partir.

L’avion est arrivé plus tôt que prévu pour repartir avec presque 20 minutes
d’avance sur l’horaire. Retour à Raimiti avec 2 Japonais.

J’ai enfin eu suffisamment de temps, pour, une fois rentré à la maison,
ouvrir mes cartons et finir l’installation de la boutique. Ce soir, elle est
prête pour recevoir les premiers visiteurs. Des photos suivront très
prochainement.

Handicapée, notre aigrette blanche est de retour depuis 2 jours et ne nous
quitte plus. La porte de la boutique à l’air de lui plaire particulièrement,
aussi je lui ai installé sa « gamelle » d’eau douce et depuis, elle monte la
garde.

Début de soirée avec un téléphone d’Elvina, après 2 jours dans le vide
total, sa maman est revenue parmi nous. Elle ouvre les yeux et arrive à dire
quelques mots. Nous en saurons plus d’ici peu mais la famille est déjà bien
soulagée qu’elle soit encore là.

Ce soir, j’essaie de faire le journal depuis mon fare coté Tua. La pleine
lune, plus vraiment pleine vient de sortir de l’horizon, la couleur est
celle d’une énorme braise vieillissante et là encore le spectacle est
saisissant.
Pas de journal hier car nos petites habitudes sont un peu bousculées.

Elvina a reçu le coup de téléphone que l’on ne voudrait jamais avoir. Sa
mère qui habite Moorea a eu un malaise sans crier gare. Evacuation en
urgence à l’hôpital de Moorea qui n’a pu que constater qu’elle était dans le
coma. Re évacuation sur l’hôpital de Tahiti où elle est depuis, en
réanimation. Elvina est partie le jour même sur Papeete.

Même si nous n’avons pas trop de monde en ce moment, dés qu’il en manque un,
les choses changent pour les autres.

Le temps est lui aussi passé au franchement mauvais avec de très fortes
pluies. Le transfert au village de ce matin n’a pas été une partie de
plaisir.

En ce moment nous avons 6 visiteurs : 2 américains, 2 français et 2
allemands. La pluie ayant momentanément cessé de tomber, nous profitons de
cette petite accalmie pour envoyer notre petit monde faire la dérivante de
Tetamanu sous la responsabilité d’Elvis.

Ayant été promu chef cuisinier pendant l’absence d’Elvina, il me sera sans
doute assez difficile de tenir le journal de bord à jour de façon
quotidienne, aussi, pas d’inquiétudes à avoir si nos « news » arrivent de
façon irrégulières dans les prochains jours.



Toujours le 3 décembre, 21H30.

Florian a dû sentir la chose venir ! Alors que je commençais la préparation
du repas du soir, il a voulu manger « une morce » (langage Suisse) et dés
18H, il est parti se coucher. Junior était au barbecue, Vai au restaurant et
moi à l’épluchage des légumes.

La tempête aussi soudaine que brutale est arrivée en quelques minutes. Le
vent qui était à l’Est est passé d’un seul coup à l’Ouest. En moins de 5
minutes, le lagon s’est déchaîné, le restaurant était inondé et les fare
coté lagon (sans porte), mouillés d’un bout a l’autre. Je n’avais jamais vu
le lagon se déchaîner aussi vite et aussi fort.

Dans la série des « urgences » de nuit, il a fallu remonter le Camzaz sur
son portique qui menaçait de se faire emporter par les déferlantes, fermer
les ouvertures du restaurant avec des contre-plaqués pour empêcher la pluie
de rentrer, remonter les meubles de plages qui risquaient de partir avec les
vagues, rassurer les visiteurs qui croyaient que c’était la fin du monde,
continuer a préparer le dîner, arriver à griller les rougets sous une pluie
battante et aller faire le ménage d’ un fare coté Tua pour évacuer le seul
fare coté lagon occupé et totalement détrempé !

Une belle pagaille, une certaine inquiétude pour moi en voyant les éléments
se déchaîner ainsi et, le devoir de rester rassurant vis-à-vis des autres.

Varo s’est retrouvé à griller les poissons, Junior à faire le ménage d’un
fare récif de nuit, Elvis a transporté les bagages des « évasanés » du coté
lagon au coté récif, Vai a épongé les tables du restaurant et finalement
nous sommes arrivés à faire tant bien que mal ce service tempétueux !

21H, fin du service et la tempête…………………… s’arrête aussi brutalement qu’elle
est arrivée.

Demain, il fera jour et nous pourrons faire l’état des lieux. A savoir s’il
reste du sable sur notre beach, l’état de la cocoteraie qui était toute
propre et les autres choses auxquelles nous n’avons pas pensé. Pour
l’essentiel, notre flottille est au complet, pas de casse dans les fare et
nos visiteurs sont allés se coucher rassasiés et rassurés.

La suite…………..pour demain.
La grosse pluie est arrivée dans le milieu de la nuit passée. Ce matin, il
tombait des trombes et, par chance, il y a eu la fermeture des robinets
juste au moment du départ au village. 2 partants et pas d’arrivant. Raimiti
est maintenant presque vide avec nos 2 seuls Américains du moment.

Aller-retour dans la grosse grisaille mais sans vent et sans pluie.

Côté « papa », notre future « beach », le corail a disparu sous une bonne
couche de sable. Cela donne une impression de grandeur qu’il n’y avait pas
avant. Il ne reste qu’à recouvrir le vilain sable de joli sable blanc-rosé.

J’étais décidé pour aller passer une bonne heure sous l’eau et procéder à
une seconde séance de pompage de sable blanc immaculé, mais, notre «
libellule » a refusé de démarrer alors qu’hier elle a fonctionné
parfaitement. Nous avons tout contrôlé : huile, bougie, essence, carburateur
et tout a l’air bon. Comme un transfert village est au programme de demain,
la libellule ira dire bonjour à Patrick le mécanicien du village. Il sera
sûrement plus efficace que nous et saura employer le ton qu’il convient pour
causer à la machine et la faire parler.

Fin d’après midi sous la deuxième couche de grosse pluie et une promenade à
Tua avec les 2 chiens.

J’avais besoin de 7 coraux en forme d’hameçon pour les utiliser en support
de lampe tempête. Je n’ai eu que l’embarras du choix, cela fait vraiment
plaisir de trouver un magasin aussi bien achalandé ! Rien à voir avec Tahiti
où il faut faire 3 ou 4 magasins avant de trouver quelque chose qui
ressemble à ce que l’on cherche !

Dommage, ce soir c’est la pleine lune et il n’y aura pas le show que j’aime
côté Tua, lorsqu’elle sort toute ronde et lumineuse de derrière l’océan.
samedi 28 novembre 2009, 21H.

Le retour………….Ouf !

Après une semaine de folie douce, me revoilà à la maison et je respire enfin
!

Semaine qui est passée à la vitesse du vent. J’ai, tout de même, réussi à
faire pas mal de choses, mais il reste quelques postes « en souffrance » sur
ma liste des : « A faire ». Ce sera pour la prochaine expédition à Tahiti
qui n’est pas encore programmée.



Dimanche 29 novembre

Pas une seconde de libre pour ouvrir le journal.



Lundi 30 novembre9H du matin

Retour à un régime presque normal des choses, aussi, je peux reprendre mes
petites habitudes.

Nous n’avons que 4 visiteurs en ce moment, des Américains. La météo du
moment est tout à fait correcte, le bleu du ciel est revenu, le vent est
installé à l’Est-Sud Est, le lagon est presque calme et d’ici 2 jours, la
lune sera pleine.

J’ai retrouvé toute l’équipe Raimiti en pleine forme et la suite des travaux
est bien avancée. Pour la nouvelle cuisine, nous attendons maintenant la
venue de Gilles l’électricien avant de déménager et prendre possession des
lieux.

Junior et son staff ont commencé les travaux d’aménagement de la
transformation du « papa », de chaque coté du restaurant en petite plage.
Ils construisent un petit muret de protection qui en cas de forte houle sera
sensé retenir le sable que nous allons pomper au bout du ponton et qui
recouvrira ce corail qui n’est pas d’un contact vraiment agréable pour les
pieds.

Castor et Rutu sont en pleine forme. Les cocottes pondent à fond la caisse.
Comme dirait Mathias, elles sont au taquet !

Foufou, toujours au rendez vous du lunch mais les aigrettes restent aux
abonnées absentes.

Pour les canards, les plumes nous permettent de comprendre que nous avons 3
garçons pour 1 seule fille. Voilà qui va un peu compliquer les choses.
L’idéal, pour un bon équilibre, serait de passer 2 garçons à la gamelle,
mais pour le moment nous n’avons pas du tout le cœur à trucider ces trop
jolis canards.

Zaza est en ville, elle a du être « évasanée » du village en urgence suite a
un gros malaise cardiaque. Après une bonne semaine d’hôpital à Papeete, elle
en est sortie, mais les tests et contrôles continuent. Elle va devoir
attendre les résultats des examens pour savoir si elle va devoir aller ou
non, se faire soigner en Nouvelle Zélande.
Et oui, il n’y a pas eu de journal hier car je n’aurai pu que vous parler de
la pluie.

Douce amélioration ce jour mais avec un « plafond » qui reste très sombre,
gris et pas mal menaçant.

Aller-retour au village pour 2 Italiens partants et 4 Français arrivants. Un
vol a l’heure, un lagon calme et une trêve suffisamment longue de madame la
pluie pour faire l’aller et le retour sans se mouiller. C’était parfait pour
tous le monde !

Au village, courses chez Nunu, remplir la glacière de pain, discuter avec
quelques personnes qui n’avaient rien de mieux à faire, le temps est très
vite passé.

Retour d’Elvis qui vient de passer sa petite semaine de repos au village,
Teaki est lui aussi venu puisque ce séjour sera vraiment très court.

Demain, départ pour le village à 5H du matin. Didier le mécano du Camzaz
doit revenir : sa réparation ne tient pas. Il arrivera par le vol de 7H30
et, s’il arrive à remettre le Camzaz en état, il repartira par le vol de
13H.

Teaki retournera au village par ce transfert matinal et pourra être dans les
temps pour sa leçon de catéchisme qui commence à 8H.

D’un autre coté, Junior fera dés 8H, un saut à Tetamanu pour récupérer Zaza
qui a une réunion « mégahyperpowerimportante » au village. A 10H, il me
rejoindra au village avec Zaza, Florian et les 2 autres Italiens partants.

Si tout se passe comme prévu, à 13H, les 2 Italiens, Eric, Florian et le
mécanicien prendront le vol d’air Tahiti.

Une semaine de courses, et de visites plus ou moins « cool » chez les
notaires, banquiers et services administratifs m’attend. Heureusement, je
suis remonté à bloc depuis que j’ai entamé une cure pour me « booster » à
base de pépins de pamplemousse et autres saloperies que m’a fait parvenir ma
Maman. En attendant cela a l’air de commencer à faire son effet et je me
sens tout « ragaillardi » depuis quelques jours.

21H30, les bureaux de la rédaction ferment…
Nouvelle journée qui se termine. Le bleu clair du ciel de ces derniers jours
a été remplacé par du gris, du noir et du mauve….Rien que du foncé ! C’est
pas mal non plus. Le vent est toujours absent mais mon petit doigt me dit
que cela ne va pas durer.

A mon programme du jour, 2 italiens à récupérer sur le vol de 13H15 qui est
arrivé à 15H. Bravissimo Air Tahiti qui n’a même pas été capable de nous
avertir de ce « léger » retard.

Cela m’a laissé le temps d’aller chercher mes coraux pour finir mes rideaux
de la boutique, puis d’aller faire une promenade en Limousine avec Teaki qui
était ravi d’avoir son chauffeur personnel pendant la pause du midi et de se
faire déposer devant l’école sans avoir à prendre le truck.

Retour sur un lagon totalement lisse avec les nouveaux visiteurs qui ont
l’air très cool. Le temps de passer voir les poules et les canards, de
nourrir ce petit monde, de ramasser les œufs, de filer à la douche……le
soleil était déjà de l’autre coté de l’horizon.

Me voilà au bureau où un peu de paperasse m’attend. Très au loin, le
tonnerre gronde…..cela va bien finir par nous arriver dessus car c’est
vraiment bloqué de tous les cotés. J’aime ce calme, avant la tempête !

Mesdames, moi qui ne reçois pas beaucoup de courrier de votre part, j’ai
enfin compris comment vous faire écrire. Pas moins de 8 mails reçus de mes
lectrices, suite à l’article concernant la boutique. On dirait qu’il y a des
sujets qui font plus réagir que d’autres ! Quoi qu’il en soit, mes profonds
remerciements pour vos encouragements, cela me fait très plaisir.

A demain pour la suite.
Enfin au chaud et bien au sec dans ma boutique, j’ouvre le journal
d’aujourd’hui. Depuis hier soir, juste après notre dîner, la première pluie
tropicale de la saison est arrivée. Eclairs, tonnerre, quelques rafales de
vent et surtout une grosse pluie non stop, tel est notre décor extérieur et,
seulement depuis une petite heure, la pluie a vraiment cessé de tomber.

Le transfert village du jour a été plus qu’humide. Je suis arrivé au
village, trempé comme une soupe mais surtout frigorifié comme un sorbet.
Teaki avait bravé les conditions météo et m’attendait bien sagement au quai.
Ayant presque une heure d’avance sur l’arrivée prévue de l’avion, nous
sommes allés chez Mathias qui a eu la gentillesse de répondre favorablement
à mes 2 requêtes du moment. Pour commencer une douche chaude et je peux
maintenant vous affirmer qu’une vraie douche, dans une vraie salle de bain
et avec de l’eau bien chaude et de bonne qualité……C’est le super pied,
surtout après avoir fait 62 kilomètres de lagon en bateau sous une pluie
torrentielle avec une visibilité n’excédant pas les 200 mètres.

Ma deuxième requête : un café bien chaud, que j’ai pris le temps de déguster
à petites lampées. Dommage, il n’y avait pas les petits gâteaux (Mini-choux
à la crème) qui marchent si bien avec !

Finalement, il faut parfois peu de choses pour ressentir un fort bien être.

L’avion est arrivé avec 10 minutes d’avance et je n’ai même pas eu à
attendre mes visiteurs du moment. Retour a la maison avec mes 2 italiens du
jour et bien sûr, la pluie pour les 2 premiers tiers du voyage. Arrivée à
Raimiti sans pluie, mais dans une grisaille assez générale.

Junior et son « staff » sont depuis ce matin dans l’atelier à l’abri des
intempéries. Atelier transformé pour les besoins en menuiserie où ils
fabriquent les meubles de la nouvelle cuisine. Même en cas de mauvais temps,
nous avons toujours de quoi œuvrer !

Au moment où j’écris ces lignes, j’aperçois par ma fenêtre du bureau, une
petite percée, la bas, loin à l’horizon, qui laisse passer un flot d’orange,
de rouge, de saumon et de violet. Tout ce qu’il faut pour laisser croire que
le soleil sera de retour demain.

Affaire a suivre !
Il y a 2 minutes, le soleil disparaissait à l’horizon. Ma fenêtre du bureau
est un coin « stratégique » pour l’observation du fameux rayon vert qui
n’est pas passé ce soir, mais le spectacle valait quand même la peine.

Reprise de notre boulot de bagnards dés ce matin. Les uns creusent, les
autres remplissent, d’autres coupent…..il y avait de quoi de nous occuper
suffisamment pour ne pas voir les heures passer…

La météo reste stable, le vent a bien tenté de repasser à l’Est mais à cette
heure, cela n’est plus qu’un vague souvenir et le calme plat des derniers
jours est de retour.

Mes petits travaux boutique avancent à grand pas. Ce matin, j’ai trouvé un
nouveau fournisseur pour mon rideau coté lagon. C’est à Tua que j’ai trouvé
mon bonheur avec du corail cassé mais encore bien blanc et ayant de
nombreuses taches marron-caramel. Quelques clous, du nylon, la matière
première des rideaux (le corail) et ce soir, le travail est fini !

Pour la fenêtre donnant sur Kokakoka, c’est un autre fournisseur où je suis
passé il n’y a pas très longtemps. Les coraux fins et tout en longueur d’
Otukaina. J’ai pu faire la moitié de la fenêtre avec le stock ramassé la
semaine passée en compagnie de Teaki. Demain comme je dois aller au village,
je partirai plus tôt pour faire mes achats sur le banc de gravier
d’Otukaina. Pourvu que le stock ne soit pas épuisé !

A midi, visite de Top Dive avec ses plongeurs. Ils ignoraient qu’il y avait
le petit frère de « Van Cleef sans Arpels » qui avait ouvert une succursale
dans un coin comme le nôtre. Ils ont bien regretté de ne pas avoir pris
carte de crédit et autres Euros car nous vendions et sans aucun problème :
collier et bracelet. Il est vrai que, lorsque l’on part du village pour une
journée expédition plongée au Sud, le premier reflexe n’est pas de prendre
sa carte de crédit pour faire des folies dans « The boutique du bout du
monde ». Maintenant, le message est passé et le moniteur n’oubliera pas de
recommander de ne pas oublier la petite carte en plastique avec les codes ou
la méga liasse de billets. Je plaisante, et cela avec facilité et aisance,
car je peux affirmer offrir la meilleure qualité et des tarifs qui
laisseraient pantois les « perliculteurs » de Tahiti et Moorea.

Après le repas de midi sous les arbres, c’est à 15H que nous nous sommes
tous retrouvés sur le platier à Tua. Au moment où la marée haute repart dans
l’autre sens. Junior et Francis sur le platier. Varo, Yves et moi barbotant
dans les canyons à la recherche des pierres de corail qui sont usées,
rabotées et poncées par le ressac. Pêche aux cailloux plus que fructueuse
puisque nous sommes revenus avec 4 brouettes pleines. Ces blocs de corail
sont prévus pour faire des présentoirs dans la boutique. Les premiers
trempent dans leur bain d’eau douce et seront « opérationnels » dès demain.
FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2019 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public