VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;
Hécatombe ! 21/09/09

Pas de journal expédié depuis Moorea. Je n’ai vraiment eu le temps de rien
faire, sinon les essentielles. Me voilà donc officiellement libéré de
Linareva par quelques dernières signatures chez le notaire. Je suis arrivé à
Tahiti alors que les armateurs se mettaient en grève, impossible de
traverser par bateau et le seul et unique avion rescapé d’Air Moorea était
pris d’assaut. J’ai quand même réussi à aller passer une soirée à Moorea
chez Maluha avec Patea et la petite Ava-Iti. La petite famille se porte bien
et bébé pousse à vue d’œil.

Je suis reparti de Moorea avec 3 lapins blancs aux yeux roses pour ajouter
un peu plus de couleur aux autres, déjà résidents du motu. J’ai aussi
récupéré 10 nouvelles poules pondeuses qui ont voyagé dans la cage de
Castor.

Il a fallu passer la dernière nuit à l’hôtel à Tahiti avec poules et lapins.
Il m’a fallu ruser pour entrer les lapins dans la chambre et laisser les
poules à la conciergerie. Deux d’entre elles, ayant eu la bonne idée de
pondre un œuf, cela s’est assez facilement arrangé avec le réceptionniste
ravi d’avoir 2 œufs coque.

Samedi matin, départ de l’hôtel à 4H du matin pour pouvoir enregistrer tout
ce petit monde au fret. A 6H, nous décollions de Tahiti et à 7H du matin,
nous embarquions sur le Camzaz où après 1 heure d’avion, il ne restait plus
qu’une heure de bateau à faire pour arriver à destination finale.

Les poules se sont mises au travail sans perdre une seconde et depuis nous
ramassons 6 à 8 œufs par jour. Les lapins ont été lâchés dés le premier soir
et ils ont rejoint le reste de la bande qui ne s’éloigne jamais trop de la
cuisine centrale.

Pour moi, reprise du boulot sans trainer mais j’arrive à suivre et reprendre
le fil des choses sans trop de difficultés. Hier dimanche, j’ai récupéré
Teaki pour une semaine de vacances.

Claudia, une amie de Moorea qui réside maintenant à Berlin et qui ressemble
beaucoup physiquement à Romy Schneider est en ce moment avec nous. Barbara,
de St Etienne est aussi des nôtres et sans oublier Betty, l’amie de Los
Angeles. Sinon, nous affichons complet avec des Italiens, des Espagnols, un
Autrichien et des Français.

La météo étant favorable et ayant pas mal de départs demain, ce matin, après
le petit déjeuner de nos visiteurs, je leur ai proposé une journée pique
nique. Nous sommes partis vers 9 heures, direction plein Ouest pour mon
petit motu secret. Le coin reste toujours aussi beau et irréel. De quoi en
fiche plein la vue et faire monter les larmes aux yeux. Pourtant, une triste
surprise nous attendait sur le motu. Suite à la tempête de début septembre,
le motu a été pas mal abimé par le vent, la houle et le sel. Beaucoup de
jeunes oiseaux n’ont pas résisté et il y avait des cadavres desséchés un peu
partout. Certains arbres du motu qui étaient en fleurs au moment de la
tempête ont été totalement ravagés. Une variété de Noddi qui pond au sol, a
l’habitude de pondre sous ou à coté de ces arbres. Les grappes de fleurs
cramées tombent au sol et sont plus collantes que de la colle. Résultat :
plein de bébés noddi se retrouvent pris et ligotés dans ces grappes et
finissent par mourir. C’est une bonne quinzaine de noddi et 2 gilgi que nous
avons dû désemmêler de cet amas collant et gluant qui les retenait
prisonniers. Ensuite, nous avons tenté de ratisser le sol et d’enlever ce
qui pouvait l’être car il y a des œufs un peu partout. Claudia était en
larmes devant ce désastre d’autant qu’un jeune noddi est mort d’épuisement
entre ses mains.

Après cette opération sauvetage des noddi, le groupe a rejoint le grand banc
de sable pour une longue trempette où on crame à grande vitesse et sans le
réaliser. Francis qui était des nôtres avait préparé un barbecue de fortune
sur le sable. Salade taboulé, rougets et nasons grillés, pastèque en dessert
: juste ce qu’il fallait pour régaler nos 15 convives. Retour à la maison
par Tetamanu où ils ont fait un palme-masque-tuba et c’est carrément une
équipe de brulés que j’ai déposé vers 16h au ponton de Raimiti.

Il y avait un transfert au village et c’est Junior qui s’en est chargé. De
son coté, Elvina a eu 10 pique niques pour Top Dive à faire. Finalement
cette journée qui devait être calme a été assez mouvementée pour chacun de
nous. Je pense qu’après le dîner du soir, personne ne va trainer pour aller
dormir !

Première journée où le rythme de croisière de Raimiti est normal et où je ne
passe pas mon temps à cavaler après une chose ou l’autre. Le temps est aussi
beau que la lune est ronde et je peux vous affirmer que cette dernière est
bien pleine. Le vent reste à l’Est bien qu’il y a eu dans la nuit quelques
tentatives avortées de passer au Nord. Le lagon est extrêmement calme et la
pêche aux Rai et carangues du bout du ponton est vraiment fructueuse.

9H, départ de notre équipe pour Tetamanu avec pour Patea, Mathias et moi, le
but de la fameuse plongée dans la muraille de Kito et le snorkeling normal
pour le reste de la troupe. Que dire des 2 plongées dans la passe ? En ce
qui me concerne, je dirais….du jamais vu et du même pas pensable. Il faut
vraiment voir ces choses de ses propres yeux pour y croire. Imaginez des et
des milliers de mérous tapis au fond de la passe, plus ou moins tous dirigés
dans la même direction, c'est-à-dire face au courant et faisant pratiquement
du sur place. De temps à autre, une femelle quitte le fond, remonte de
quelques mètres, expulse sa laitance et immédiatement un paquet de mâles
fonce dedans. Cela dure quelques micros seconde et tout le monde revient au
rez-de-chaussée. Parfois, il y a tellement de femelles qui « enlaitissent »
l’eau qu’elle en devient trouble quelques instants. J’ai photographié tant
que j’ai pu, j’ai filmé comme un paparazzi et je n’avais vraiment pas assez
de mes deux yeux pour tout voir. Un seul regret, au fond de la passe le
temps nous est compté, j’y serai bien resté toute la journée.

Nous sommes tout de même rentrés assez tard pour le lunch et ils ont eu
droit à de la cuisine vite faite.

Entre nos 2 plongées, j’ai été faire un bisou a Zaza. Camille était parti
ramasser des graines de Tamanu. Chiquita, le cocker de Zaza a fait 3 petits.
Et oui, elle a été « fricoter » avec le chien de Taupiri et le résultat
n’est pas vraiment génial. Je crois que Zaza va avoir du mal à placer les
rejetons. Sinon tout a l’air d’être OK pour eux.

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Teaki qui a 10 ans et aussi de Zaza qui
en a 74. Si nous avions su plus tôt !!!!! Nous aurions pu organiser une
super boum, mais les infos sont arrivées un peu trop tard.

Fin d’après midi au calme de Raimiti : les mecs étaient au grand nettoyage
de la cocoteraie, au ratissage des chemins, à bricoler une fuite d’eau par
ci ou un clou à planter par là. Mathias et Francis ont tenté une partie
palangrotte en fin d’après midi, mais rien de bien génial.

J’ai écris mon journal en plusieurs épisodes, il est maintenant 20H. Depuis
le commencement du journal de ce jour, Francis s’est fait un peu mordre par
une murène et il a fallu désinfecter puis panser, Teaki s’est fait piquer le
pied par un Marava, ce n’est pas dangereux mais très douloureux, il a fallu
faire dîner les visiteurs, endormir Ava-iti qui voulait faire la boum et
c’est tout !

Je pense que nous allons pouvoir passer à table à notre tour et à demain
pour la suite.

Grasse matinée jusqu'à 8h et, Dieu : que c’était bon ! Réveil avec un beau
ciel bleu, un méga soleil et surtout un vent un peu calmé. Patea et nos
visiteurs sont allés à Tetamanu refaire la passe rentrante et avec ce beau
temps, ils doivent se régaler. Teaki et la fille de Vai, qui vient d’arriver
pour les vacances scolaires, ont fait dés l’aube, un massacre de Rai. J’ai
été obligé de faire stopper cette pêche trop abondante, ne sachant plus que
faire de tout ce poisson. Du coup, le repas de ce midi est tout trouvé :
poisson cru de Rai au lait de coco, fritos de Rai à la tomate et au
gingembre, salade verte et brie sans Rai.

Disposant d’un peu de temps, j’ai commencé à voir s’il était possible de
vous envoyer quelques photos pour illustrer le journal. Apparemment, cela
passe, une fois quelles sont bien réduites. Pour y arriver il faut que notre
émetteur local fonctionne plein pot, que le soleil soit fort et que mes
panneaux solaire soient chargés à bloc. Aussi, cela ne change rien pour vous
et surtout ne pensez pas que de votre coté, vous pouvez faire la même chose.

Il ne faut m’envoyer que du texte tant que je ne vous dit rien !

D’ici un petit mois, nous aurons un autre réseau internet qui sera
directement sur satellite et là, les choses seront différentes mais en
attendant….attendez ! Par contre, que cela ne serve pas de mauvaise excuse
pour ne pas m’écrire et d’ailleurs, je trouve que certains et certaines
d’entres vous se laissent aller ! Si certains silences continuent, je vais
bientôt donner des noms. Sachez que, d’avoir de tant a autre de vos
nouvelles est un réel plaisir, aussi, ne m’en privez pas. Et puis maintenant
que je suis résident permanent a Raimiti, j’ai beaucoup plus de temps pour
répondre a chacun.

17H30. Suite et fin de cette journée.

Le groupe électrogène vient de prendre le relais du solaire, c’est le bon
moment pour brancher mon internet. Après midi passée au calme ou j’ai pu
bouquiner sur ma terrasse. Quel plaisir que de se poser un peu avec un bon
bouquin (Stephen King) et d’avoir le paysage d’exception que j’ai, juste en
levant les yeux. Lorsque je serai vraiment installé et que j’aurai du temps
pour moi, je risque de pas mal squatter le coin.

Patea est encore sur le lagon mais ne devrait pas tarder à rentrer, il a
ramené notre petite famille de 4 au village. Ce soir, il ne reste que 2
visiteurs.

A demain pour une nouvelle semaine au bout du monde.

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2019 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public