VIDEOS

Présentation de Raimiti
&nbrsp;

Journal de Bord

vendredi 31 août 2018, 11h29.
Réveil avec un vent tout aussi fort qu’hier mais qui a bien nettoyé les étages en altitude.
Résultat : le ciel est bien bleu, le soleil brille, le lagon est blanc d’écume.
Tant que l’on n’a rien à faire sur le lagon c’est parfait.
Hélas nous avons à faire. Entre les transferts départs et arrivées, Harrys et Teriitahi vont devoir y aller à deux.
Faire comprendre à nos italiens qu’il n’est pas sérieux d’aller « balade » sur le lagon démonté est peine perdue, donc là aussi, à nous de trouver le moyen de faire l’ « activité » qui consistera pour eux, à s’accrocher comme ils peuvent dans le kau, à se faire bien mouiller et secouer, et très certainement, à râler assez rapidement parce qu’ils ont froid !
De plus, vu comment l’eau est brassée par le vent et la houle, de mettre la tête sous l’eau avec un masque ne servira à rien, car la visibilité est nulle. Autant plonger dans du lait !
Pas de travaux aux fondations du futur faré ce matin mais, un beau nettoyage très efficace du côté du dépotoir. J’aime trop voir un endroit censé être dégueulasse, d’une propreté où il n’y a rien à redire !
18h, toujours aussi crade, venteux et pluvieux mais, la bonne soupe de légumes façon mamie Élise qui mijote, commence à bien parfumer le coin.
A suivre…

jeudi 30 août 2018, 9h50.
Quoi de neuf sur le motu ?
Beaucoup de grisaille depuis hier.
Un fort maraamu depuis ce matin, un lagon très « vénère », des visiteurs légèrement dépités par la météo, mon nouveau chantier en stand-by pour cause de pluie, un moral qui reste au beau fixe…………..rien d’exceptionnel à la porte du paradis !
Marguerite partie, elle est remplacée par Vaihere. La copine d’une copine de Maluha. La trentaine, dans les 120 kilos peut être même plus, ex danseuse, ex chanteuse, qui va tenter de seconder Junior dans la cuisine. Pour le moment, ça va mais c’est trop tôt pour se prononcer. Le souci est que lorsqu’elle bosse en cuisine, elle bloque tout passage par tribord et bâbord. Il faut donc contourner ou passer par la seconde porte !
Coté visiteurs, le rythme des arrivées et départs reste tout aussi intense. Pas le temps de savoir qui est qui, qu’ils sont déjà remplacés par d’autres.
Coté travaux, nous avons entamé un nouveau chantier qui au final fera un faré de 2 chambres, 1 salle de bain et terrasse.
Pour pouvoir démarrer les travaux sans trainer, j’ai fait préparer le terrain. Les fondations sont faites de récupération diverses. Toutes les bouteilles vides, les canettes de soda et bières, les boites de conserves écrasées ainsi que diverses ferrailles constituent la base de la maison. Cela a permis de faire un grand ménage et de libérer bien du volume dans notre dépotoir.
Bref, on recycle au maximum.
Il devient vraiment urgent d’agrandir le village du staff pour que chacun et chacune, ait son petit chez soi.
Même si les gars se montrent discrets, je commence à saturer d’avoir autant de monde chez moi. Mon faré tient plus du dortoir communal que du havre de paix auquel j’aspire.
10h, le temps continue de se dégrader.
La tortue est sortie du lagon pour retrouver le calme dans son bac qui est dans mon bureau.
Les chiens lui tiennent compagnie.
Le salon est fermé avec les paravents.
Nous allons surement devoir « bâcher » l’entrée du restau.
Malgré le mauvais temps, nous avons 1 dizaine de visiteurs sous la pluie battante, à Hirifa. Ils vont revenir frigorifiés, c’est certain.
Le vent se renforce, les branches d’orchidées se font secouer.
18H29,
Ça souffle vraiment fort.
La nuit risque d’être agitée
A suivre…

Mardi 24 juillet, 9h19.
Les jours passent à une vitesse que j’ai du mal à suivre.
La fraicheur de l’hiver tropical est bien installée. Lagon avec quelques degrés de moins. Nuits bien plus fraiches ou la couverture est parfois utile. La récupération de nos journées parfois crevantes, se fait plus facilement.
Nos nombreux et divers travaux avancent lentement mais, surement.
Vu le nombre de visiteurs qu’il y a, nos autres occupations deviennent secondaires.
Cela ne nous a pas empêché de couler le Camzaz à nouveau.
Mais cette fois, c’était volontaire. Les travaux de coque étant terminés. Nous l’avons remis à l’eau, coulé, retourné dans le bon sens, pompé, pour enfin le replacer sur son portique, dans le bon sens.
Maintenant, il est en mode séchage. Encore quelques bricoles à faire à l’intérieur. Refixer le plancher, la console de pilotage, remettre le moteur, brancher le câblage et, ce sera reparti….. jusqu’à la prochaine fois !
Yves, notre médecine-man électricien est arrivé de Tahiti pour faire le contrôle annuel de nos 2 groupes électrogènes. Il était temps qu’il apporte ses soins aux nombreuses fuites d’huile, au changement des joints et autres « merdailles » mécanique.
Son arrivée est tombée à pic avec le changement d’onduleur. Il vaut mieux que ce soit un pro qui fasse l’installation, même si Junior et moi savons comment opérer.
Depuis ce matin, Yves est chez moi pour « électrifier » ma cabane de pêcheur.
Voilà qui va encore changer ma qualité de vie. Du courant, des ampoules, quelques prises de courant………on arrête pas le progrès !
Dans la foulée, il y a aussi l’installation d’une horloge « magique » qui coupera automatiquement le groupe électrogène, et par conséquent, le courant des communs à l’heure décidée. Fini de devoir poireauter jusqu’à des heures tardives, alors que, nos visiteurs blablatent a n’en plus finir. Le 220 coupera automatiquement et le 24 prendra le relais. Ils pourront ainsi continuer à refaire le monde de manière « éclairée », et nous, nous pourrons aller librement diner ou dormir.
Parfois, je me dis qu’il va falloir se calmer avec toute cette technologie et ce modernisme, avant que le hameau de Raimiti ne transforme en Raimiti-City.
Pour le reste, tout va bien. Chiens, chatte, frégate, lapins, poules, canards, cochon et Bernard l’Hermite se portent à merveille.
Une bonne partie des mérous qui étaient partis à leur « sexe party » annuelle à la passe de Tetamanu, est revenue. Ils ont retrouvé leurs spots favoris, sous le ponton, et le long du « papa ».
Certains sont revenus bien balafrés de cette sauterie qui n’a pas du être de tout repos.
Fin de cette page de Gazette. Patea est sur le chemin pour raccompagner quelques partants. Il reviendra avec un kau tout plein de nouveaux arrivants.
A suivre…

mardi 14 août 2018, 8h34.
Le temps passe vraiment trop vite.
C’est un peu la même cadence que celle des arrivées et départs des visiteurs.
Il y a tout juste de quoi assurer le quotidien sans avoir le temps de faire autre chose.
La ruche « Raimiti » tourne à fond et les abeilles de l’équipe sont parfois fatiguées.
Quelques nouvelles du front depuis la dernière gazette.
Marguerite, l’aide de Junior en cuisine pose son tablier et repartira demain à Moorea. Elle est percluse de rhumatismes et n’arrive pas à se déplacer normalement. Impossible pour elle (et pour nous) de continuer ainsi. Elle va donc commencer par aller faire 1 contrôle médical assez sérieux et, on verra pour la suite.
Patea est rentré hier à Tahiti comme cela était prévu. J’aurai bien aimé qu’il reste 1 mois de plus, vu le nombre impressionnant de transferts qu’il y a au programme. Mais bon, comme il démarre son « business », il faut qu’il puisse s’occuper de ses propres affaires. La création d’une nouvelle entreprise, aussi petite soit-elle demande quelques kilos de paperasses et tampons divers, pas forcément évidents à obtenir.
Pour le reste de l’équipe RAS. Tout le monde se porte relativement bien.

La plongée fonctionne à fond, tant mieux.
Difficile pour nous de trouver l’équilibre pour que chacun se sente vraiment bien. Nous sommes un peu trop nombreux et pas suffisamment organisés.
Il manque des logements. Que Mathias and Co aient leur propre maison, cuisine et dépendances. Que la case de Junior soit montée pour qu’après le boulot, il trouve calme et quiétude. Que chaque membre de l’équipe puisse se retrouver un peu seul et tranquille après le boulot. Bref, il y a encore pas mal d’améliorations à apporter.
Pour exemple, ma propre hutte faite pour 2 personnes doit en accueillir 4. A partir de ce soir, elle sera occupée par Marama, Harrys, Teriitahi et moi. Bonjour l’intimité !
Jeudi 16 aout, 8h26.
Pas moins d’une douzaine d’arrivées hier soir.
Cela fait un sacré monde à occuper, transporter et à nourrir, ce qui nous laisse aucune possibilité de faire autre chose que l’essentiel.
La petite tortue a dû passer la nuit dans 1 bassine dans mon bureau. C’était vraiment trop agité hier soir. Ce matin, elle a retrouvé son vivier flottant dans le lagon.
Les petits lapins grandissent à vitesse grand V. Là aussi, pas encore eu le temps de leur faire leur maison définitive.
Par contre, j’ai trouvé un moment pour faire l’ossature de mon futur salon en terrasse. Ma baraque devient de plus en plus confortable même si, il y a un peu trop de locataires.
Patea parti, Marama a pu prendre possession de sa chambre. Il est trop content et fier d’avoir son coin à lui tout seul. C’est bien la première fois que je le vois ranger, nettoyer, trier son linge sans avoir eu à faire la moindre demande. Pourvu que ça dure !
Marguerite est bien partie. Elle sera remplacée dès lundi prochain par Vaihere. Une copine d’une copine de Maluha.
Cette Miss sort d’un stage d’une année d’un restau de Papeete ou elle bossait comme commis de cuisine. Elle doit donc savoir faire la différence entre 1 carotte et 1 oignon. A suivre d’ici peu !
D’après radio cocotier, elle a une belle voix, chante bien et sait jouer de l’ukulélé. Junior pense que si elle est trop mauvaise en cuisine, elle pourra toujours nous remonter le moral en chantant la chanson des 7 nains. Hailli, haillo, on rentre du boulot………..
Ce matin, sable rose d’Hirifa pour nos visiteurs.
Cela va nous laisser le temps de trouver la fuite d’eau qu’il y a entre mon puits et le faré 5 lagon. Peut-être aussi, de poser le tapis spécial de ma salle de bain qui va demander une découpe compliquée.
Il est 9 heures, les visiteurs viennent de partir à Hirifa. Il est temps pour moi de passer aux travaux manuels.
A suivre…

Mardi 17 juil. 18, 14h49.
La France est champion du monde, Raimiti est champion des renflouages.
Depuis plusieurs jours, Junior et moi sommes sur le Camzaz et depuis quelques heures le kau est comme avant l’accident. Il a retrouvé son étanchéité. La coque est toute propre, lisse, mastiquée, résinée et solide.
Notre travail n’est pas tout à fait fini mais vers midi, le changement de direction du vent et une somptueuse barre grise bouchant l’horizon, nous a décidés à tout ranger et attendre le retour d’un ciel bien bleu pour terminer.
Nous avons eu raison d’agir ainsi, car maintenant, il pleut !
La série des « emmerdes » continuant, c’est maintenant l’onduleur du solaire qui nous a lâché. Heureusement, un copain en ville en a trouvé un autre pour remplacer le « malade ».
Sinon, tout baigne.
Le ballet des arrivées et des départs s’intensifie avec la saison qui démarre des visiteurs juillettistes, aoutiens et même septembrien.
15h42,
Une douzaine de nouveaux vient tout juste d’arriver, sous la pluie.
17h31,
Suite en fin de cette gazette un peu décousue.
Fin de l’épisode pluie qui a remis les cuves au top niveau.
Une petite centaine de fleurs d’orchidées est sur le point d’éclore.
J’ai coupé les cheveux de Junior
Marama a fait tomber son téléphone (qui n’est pas étanche) au bout du ponton dans plus de 2 mètres d’eau
A notre menu « staff » de ce soir : côtes d’agneau et spaghetti
Les enfants remplissent les seaux de Bernard l’Hermite
Vivement demain pour une nouvelle journée au paradis.

FaLang translation system by Faboba
Copyright © 2020 Fakarava - pension RAIMITI - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public